AccueilNouvellesMalgré avoir des employés contaminés par Covid-19, la société minière Vale maintient ses opérations au Brésil

Malgré avoir des employés contaminés par Covid-19, la société minière Vale maintient ses opérations au Brésil

Même avec des employés contaminés par Covid-19, la géante société minière Vale maintient des opérations et des agglomérations dans des mines au Brésil

Par Mauricio Angelo

Responsable des deux plus grands crimes socio-environnementaux de l’histoire du Brésil, des ruptures des barrages de Mariana en 2015 et de Brumadinho en 2019, qui ont tué 289 personnes, Vale met désormais la population du Pará et du Minas Gerais en danger en ne paralysant pas ses activités au milieu de la nouvelle crise des coronavirus.

L’attitude contraste avec ce que l’entreprise elle-même a pris dans d’autres pays où elle opère. L’exploitation minière ne fait pas partie de la liste des activités essentielles définies dans un décret du gouvernement fédéral. En d’autres termes, l’option de forcer des milliers d’employé.e.s à se rencontrer et à travailler pendant la pandémie est exclusive à Vale.

Au moins deux des 55 000 employé.e.s de la société minière sont infectés par le nouveau coronavirus, à Minas Gerais et à Rio de Janeiro. Mais ceux et celles qui travaillent dans les mines continuent de travailler dans tout le Brésil comme s’il n’y avait pas de pandémie dans tout le pays. Seule une partie du personnel administratif peut travailler à domicile.

La plus grande exploitation de minerai de fer au monde est située dans le complexe de Carajás, intégré dans la jungle amazonienne. Ce sont des gens qui viennent et reviennent de divers États du Brésil. Malgré l’apparition du nouveau coronavirus, l’activité continue de battre son plein. Et pas seulement là.

À Minas Gerais, où Vale a détruit plusieurs villes et l’environnement après la rupture de deux de ses barrages, le scénario n’est pas différent. À Congonhas, Mariana et Ouro Preto, 2 000 personnes se rendent chaque jour aux mines. Ce sont des endroits qui dépendent financièrement de Vale.

Les employé.e.s et les représentant.e.s syndicaux.les de l’exploitation minière de l’entreprise ont déjà demandé que les activités cessent complètement, sans réduire les salaires et garantir l’emploi. Jusqu’à présent, ils et elles n’ont même pas été entendu.e.s.

La Vale n’a pas répondu au journaliste pourquoi elle n’a pas interrompu ses opérations au Brésil. Au lieu de cela, la Vale a préféré se vanter que depuis le 16 mars, l’entreprise a pris des mesures telles que guider les travailleurs.euses des groupes à haut risque à rester à la maison, prendre des mesures de la température corporelle, appliquer un questionnaire de santé lorsque les travailleurs,euses arrivent au travail et recommander à toute personne présentant des symptômes de la grippe de rester à la maison pendant 14 jours.

En outre, Vale a affirmé avoir augmenté le parc de bus pour réduire la capacité, adopté des mesures pour augmenter la distance sociale dans les restaurants et modifié les heures d’arrivée et de départ des travailleurs pour éviter les foules.

Rafael Ávila, président du syndicat Metabase Inconfidentes, qui représente plus de 10 000 travailleurs.euses de Congonhas, Ouro Preto et Mariana, m’a dit que Vale avait refusé de négocier.

“Vale refuse d’arrêter les activités. L’entreprise ne s’arrêtera que si quelque chose se produit. C’est une erreur. Vale a dû arrêter toutes les activités minières maintenant et s’organiser pour remplir le rôle social que ces sociétés minières devraient avoir. Vale refuse de discuter d’une solution avec les travailleurs.euses”, a-t-il déclaré.

« Quelle est la raison pour laquelle Vale n’arrête pas temporairement ses activités? Il a enregistré des dizaines de milliards de reais de bénéfices nets au cours de la dernière décennie », a critiqué Ávila.

Dans le reste du monde, les mines ont arrêté

Si les activités de Vale continuent de battre leur plein au Brésil, dans des pays comme le Canada, la Malaisie et le Mozambique, la société minière a déjà réduit ou arrêté ses opérations.

Des bureaux en Chine, au Japon, à Singapour, en Suisse et à Toronto fonctionnent avec des employé.e.s qui travaillent à distance depuis leur domicile. Les voyages et les événements ont été annulés ou reportés.

Vale est le premier producteur mondial de minerai et exporte 90% de sa production. Même avec la rupture du barrage de Brumadinho en janvier 2019, il prévoyait au début de 2020 de produire 340 à 355 millions de tonnes de minerai de fer cette année.

Pendant ce temps, le gouvernement du Minas Gerais a suspendu la recherche de corps dans la mer boueuse que la tragédie a laissée dans la ville. Par le coronavirus.

Cliquez ici pour lire l’histoire complète (en portugais).

Source : Une collaboration entre l’Intercept Brasil et l’Observatoire de l’exploitation Minière

Photo : Maurício Angelo