AccueilNouvellesContestation par le bas contre le progressisme de Petro et Francia Article publié le 7 septembre 2022 dans Desinformémonos (Felipe Martinez)

Contestation par le bas contre le progressisme de Petro et Francia Article publié le 7 septembre 2022 dans Desinformémonos (Felipe Martinez)

Près d’un mois après l’entrée en fonction du gouvernement progressiste en Colombie, le premier conflit entre certains secteurs des mouvements sociaux d’en bas et le nouveau gouvernement a commencé. La question centrale? La terre, sa possession et les luttes historiques qui se déroulent dans les différents territoires ruraux du pays.

Le 30 août, le gouvernement national a tenu une conférence de presse sur ce qu’il appelle « les invasions des terres ». Qui a participé? Des hauts fonctionnaires tels que la Vice-Présidente Francia Márquez, la ministre de l’Agriculture et du développement rural Cecilia López, le ministre de l’Intérieur Alfonso Prada, le ministre de la Défense Iván Velásquez, et le Directeur de l’unité de restitution des terres Giovani Yule. Ce qui y a été exprimé a laissé beaucoup de désagréments et a réveillé la première dispute ouverte entre certains secteurs des mouvements sociaux d’en bas contre le gouvernement progressiste.

S’adapter au temps institutionnel

Bien que le discours du gouvernement ait essayé d’une certaine manière d’être « conciliant », en substance et sans aucune rédemption, il a considéré comme acquis que toutes les luttes historiques devaient s’arrêter et attendre que les temps et les rythmes institutionnels résolvent les problèmes en termes agraires, car si elles se poursuivent, elles pourraient entraver les paris de la réforme agraire intégrale promise par le gouvernement. C’était comme entendre : « faites-nous confiance, donnez-nous du temps et vos problèmes seront résolus ».

Bien qu’ils aient essayé d’être gentils, ils ont également montré leur visage de violence et de répression puisqu’ils ont donné un délai de 48 heures pour abandonner les « invasions des terres », criminalisant et délégitimisant ainsi les luttes populaires des dépossédés qui ont mené ces exercices de récupération/libération des terres contre les pouvoirs les plus terrifiants et sanguinaires de Colombie au cours de l’histoire.

Comme on pouvait s’y attendre, les responsables n’ont à aucun moment abordé la question centrale qui a alimenté les conflits politiques et armés les plus profonds du pays : la concentration des terres les plus fertiles entre les mains de quelques propriétaires terriens et de multinationales qui pillent et s’approprient par la force les terres des paysans, des peuples autochtones et des Noirs. Non. Cette question n’est pas abordée, car le principal problème du gouvernement en ce moment est celui des     « envahisseurs » qui s’attaquent à la propriété privée.

Les menaces continuent

Tout comme les questions centrales du problème foncier n’ont pas été abordées, des questions telles que la formation des soi-disant « groupes de réaction solidaire » promus par les éleveurs de Fedegan, qui pourraient être interprétés comme un renforcement des structures paramilitaires dans le pays, n’ont pas été dénoncées ou traitées.

De même, des questions telles que le processus continu de harcèlement et de menaces à l’encontre des processus sociaux et de leurs dirigeants par des structures armées n’ont pas été abordées. Le dimanche 21 août, dans le village de Santa Rosa de la municipalité de Caloto, Rosana Mejía Caicedo, la plus haute autorité de l’Association des conseils communautaires du nord du Cauca (ACONC), a été attaquée et a reçu des balles d’arme à feu dans la maison familiale où elle se trouvait.

Par ailleurs, le jour de la rédaction de cet article (6 septembre), le CRIC a dénoncé le fait que différents dirigeants de leur organisation ont été menacés par les soi-disant Aigles noirs du sud-ouest de la Colombie qui prétendent « défendre la souveraineté du pays, la démocratie, le développement économique du pays et l’ordre public ».

Dignité rebelle

Les réponses de certains secteurs des mouvements sociaux d’en bas ont été rapides et énergiques. Dans le Cauca, 48 heures après les déclarations du gouvernement et après l’attaque des forces de sécurité qui ont tenté de les expulser, le Processus de libération de la Terre Mère a publié une lettre dans laquelle il déclare : « Nous avons fait savoir au grand patron que nous n’allons PAS les expulser, que nous restons ici sur cette terre parce que c’est notre maison pour y vivre et nous battre. »

Pour sa part, la Coordination nationale agraire a déclaré dans un communiqué : « Nous clarifions au gouvernement national que nous ne sommes pas les envahisseurs. Nous récupérons la terre comme une partie de ce qui nous a été volé pendant des décennies par les propriétaires fonciers créoles et le capital transnational, et qu’aucun gouvernement n’a pris de mesures pour l’empêcher. Il nous appartient donc de le faire par nos propres moyens, même si cela nous coûte notre vie et notre liberté.»

Ce scénario de refus de se plier ou de s’incliner devant le gouvernement progressiste est complexe pour les mouvements d’en bas et devrait tirer la sonnette d’alarme, car le reflet le plus proche est celui du pays frère qu’est le Chili. Là, les territoires de WallMapu, où est basé le Comité de coordination Arauco Malleco (CAM), l’une des principales organisations mapuches anticapitalistes, ont été déclarés en état d’urgence et militarisés. De même, le leader historique Héctor Llaitul a été emprisonné par le gouvernement Boric et tout est justifié par la « légalité juridique ».

La période claire-obscur que nous traversons

Au milieu de ce scénario, deux choses sont claires. Premièrement, il s’agit d’un gouvernement progressiste et, par conséquent, il ne réalisera pas de réformes structurelles telles que celles que nous imaginons depuis la base, car le Pacte historique est cimenté par de multiples secteurs politiques alternatifs et traditionnels du pays qui refusent tout changement réel. Deuxièmement, le gouvernement est beaucoup plus supportable qu’un nouveau régime comme celui d’Uribe. Par conséquent, les critiques qui ont été formulées doivent être considérées comme une contribution à la construction, et non à la destruction, du gouvernement.

Face à cette réalité, une tâche essentielle pour ceux d’en bas est de renforcer les organisations sociales et communautaires dans tout le pays. Tirant les leçons du continent, l’heure du progressisme en Colombie devrait être l’occasion d’en sortir renforcé et avec des capacités organisationnelles jamais vues auparavant. Sinon, nous répéterons les erreurs des autres pays frères. Par conséquent, il reste urgent et essentiel de convoquer et de réaliser un événement autonome des mouvements sociaux dans le pays, où nous travaillons sur notre propre agenda et itinéraire qui va au-delà de l’institutionnel.

 Trouver cet horizon nous fera comprendre que transformer le pays en « puissance mondiale de la vie » en « développant le capitalisme en Colombie » est une contradiction suprêmement transcendante. De notre point de vue, le capitalisme et la vie sont des concepts opposés, car la seule chose que le capitalisme génère, ce sont des inégalités délirantes grâce à son modèle de production et de circulation illimitée, où quelques-uns profitent au détriment de la majorité qui travaille sans relâche pour survivre, tandis que des millions de personnes souffrent de l’appauvrissement, de l’angoisse de la faim et des difficultés quotidiennes. Le capitalisme est synonyme de mort et implique le profit individuel. Il invite au « chacun pour soi », alors que la vie est l’inverse. Elle est la construction collective, communautaire, l’imbrication du tout pour le bien-être commun de la planète.

Article publié le 7 septembre 2022 dans Desinformémonos (Felipe Martinez)