AccueilCommuniquéStratégies de lutte de défense de la Terre-Mère et du territoire

Stratégies de lutte de défense de la Terre-Mère et du territoire

Source : Educa Oaxaca

Autorités communales et agricoles, communautés et organisations de Oaxaca et autres états de la République, nous nous sommes réunis à la place principale de la ville de Oaxaca de Juárez le 21 juillet 2016, date que nous avons convertie en Journée étatique de la rébellion contre l’industrie minière.

Suite à nos échanges de réflexions et d’expériences de lutte, nous avons décidé de faire connaître ce qui suit :

Déclaration
NOUS DÉNONÇONS avec douleur et indignation les violations continuelles dont souffrent les communautés et peuples de Oaxaca et d’autres états de la République de la part des corporations privées et des autorités des trois paliers de gouvernement.

NOUS EXPRIMONS notre préoccupations parce que ces violations causent d’immenses dommages à la Terre-Mère et déchirent le tissu social des communautés, provoquant ainsi des divisions et des affrontements. Ils s’associent à tout type de projet de mort qui empoisonne le sol, l’eau et l’air, ruine l’économie locale, affecte la qualité de vie, envahit nos espaces sacrés, ignore les droits des peuples et tente d’empêcher que nous décidions de façon autonome comment nous désirons vivre.

NOUS DÉNONÇONS que nous continuons d’être traités comme des colonies et que l’acharnement colonisateur comprenne non seulement nos terres et territoires, mais aussi nos façon d’être et de penser et toutes nos valeurs et croyances, tout comme nos racines spirituelles.

NOUS MANIFESTONS notre décision de lutter ensemble afin de faire cesser ces violations et pour affirmer nos façons propres de vivre et de nous gouverner. NOUS ARTICULONS de plus en plus nos luttes de géographie et d’orientation différentes, que ce soit la lutte des enseignants, qui est une lutte des peuples, ou la lutte des femmes, des environnementalistes, des paysans et toutes les autres luttes.
NOUS JUMELONS nos forces à celles de nombreuses autres personnes, organisations et peuples qui luttent également pour la défense de la Terre-Mère et du territoire.

NOUS RECONNAISSONS qu’il ne s’agit pas uniquement de conflits locaux ni d’affrontements contre des fonctionnaires corrompus et irresponsables. Nous luttons contre un système capitaliste et un régime politique à son service, dans lesquels la connivence des entreprises et des institutions vise la dépossession et la privatisation de la terre et de tout ce que contient notre territoire, incluant les services sociaux comme l’éducation et la santé.

NOUS MANIFESTONS que face à de telles menaces, nos peuples résistent avec vivacité et imagination, par des mobilisations internes et externes selon les capacités de chaque communautés et les besoins de lutte. NOUS MAINTIENDRONS cette résistance et la mènerons aussi loin que nécessaire.

NOUS DÉNONÇONS le fait que les gouvernements aient modifié les lois qui protégeaient nos droits et qui étaient le fruit de longues luttes sociales. Ces changements ainsi que les nouvelles lois sont fondés sur des politiques et des modèles provenant d’autres pays et institutions et constituent une trahison aux intérêts des peuples et de la nation mexicaine. L’entièreté du système judiciaire est de plus en plus au service de ceux qui nous oppriment et est de plus en plus corrompu.

NOUS UTILISERONS tous les outils à notre portée, incluant les procédures légales et la consultation, lors que cela conviendra à nos propositions, mais NOUS CONCENTRERONS la lutte autour de nos pratiques communautaires, les assemblées, les formes d’organisation qui évitent la corruption interne et l’ingérence des partis, tout comme l’utilisation des radios communautaires et d’autres moyens autonomes de communication.

NOUS NOUS PROPOSONS de profiter de nos savoirs traditionnels et de générer de nouvelles connaissances avec des méthodes permettant aux chercheurs et aux communautés d’agir conjointement afin de combattre toute forme d’extractivisme académique.

NOUS EXIGEONS que les coupables matériels et intellectuels des crimes de Nochixtlán, d’Ayotzinapa et de tout récemment San Cristóbal soient punis. NOUS EXIGEONS également la suspension immédiate de la soi-disant réforme éducative et de toute réforme structurelle, la libération de tous les prisonniers politiques, le retour sain et sauf des disparus et le rétablissement de l’état de droit.

NOUS NOUS ENGAGEONS publiquement à continuer et à relier nos luttes pour la défense de la vie, à consolider nos propres structures, à combattre la corruption où qu’elle soit, à continuer de construire un espoir libérateur et à exercer sans peur nos libertés et nos droits afin de créer un nouvel ordre social où règneraient l’harmonie et la justice dans nos communautés et dans nos relations avec la Terre-Mère.

Oaxaca de Juárez, Oaxaca, 21 juillet 2016
Journée étatique de la rébellion contre l’industrie minière
Campagne nationale pour la défense de la Terre-Mère et du territoire