AccueilNouvellesLa société civile à Barrick Gold : Pas d’expansion en République dominicaine

La société civile à Barrick Gold : Pas d’expansion en République dominicaine

Les lettres ouvertes de 88 organisations et de 15 producteurs de bijoux soulignent les conséquences sur les droits humains, l’environnement et le climat du projet d’extension d’une mine d’or.

(Saint-Domingue/Ottawa/New York/Washington, DC – 4 mai 2021) Aujourd’hui, 88 organisations de plus de 21 pays ont publié une lettre demandant à la République dominicaine et à Barrick Gold Corporation d’arrêter le projet d’expansion de la mine d’or de Pueblo Viejo, tandis que 15 producteurs de bijoux ont rejoint une lettre parallèle faisant écho aux préoccupations de la société civile. Ces lettres soulèvent de sérieuses inquiétudes quant aux menaces qui pèsent sur les droits des communautés locales et au risque de dommages environnementaux importants. Ils se demandent si le gouvernement et la société seront en mesure de tenir leurs promesses de promouvoir la durabilité et la résilience climatique si la mine est autorisée à s’étendre.

La mine Pueblo Viejo, située à environ 100 km de Santo Domingo en République dominicaine, est l’une des plus grandes mines d’or des Amériques. Barrick veut exploiter le minerai de qualité inférieure en agrandissant son usine de traitement et ses installations de stockage des déchets miniers. Cela permettrait de prolonger la durée de vie de la mine jusqu’en 2040.

Les communautés touchées et les organisations locales de la République dominicaine se sont prononcées contre l’expansion, les politiciens et les experts locaux ont critiqué les risques du barrage de résidus proposé et les chefs religieux ont tiré la sonnette d’alarme. Selon Heriberta Fernandez du Centre de réflexion et d’action Père Juan Montalvo (Centro Montalvo), « l’exploitation minière a créé des dommages socio-environnementaux irréparables en République dominicaine. Le modèle extractiviste viole les droits fondamentaux des communautés et des territoires. La proposition menace des bassins versants d’une importance cruciale pour l’agriculture et ne dispose pas de la l’acceptabilité sociale d’exploitation des communautés locales. »

Les lettres, signées par des organisations de défense des droits humains et d’aide juridique, des organisations environnementales à but non lucratif, des groupes communautaires affectés par l’exploitation minière et des producteurs de bijoux, entre autres, mettent l’accent sur les impacts potentiels de l’expansion sur l’environnement et les droits humains, le manque d’informations publiques disponibles sur le processus d’expansion, l’aggravation de la vulnérabilité climatique que l’expansion entraînerait, et les graves allégations de contamination de l’eau dans les opérations de Barrick en RD et sur d’autres sites de Barrick. Les lettres soulignent les impacts potentiellement dangereux de l’installation supplémentaire proposée pour le stockage des déchets miniers, appelée digue à stériles, sur les communautés en aval et les bassins versants vitaux.

« Barrick déclare qu’elle « prend au sérieux la durabilité » et les droits des communautés, et le gouvernement dominicain s’est engagé à être un leader international en matière de justice climatique. Les preuves disponibles suggèrent que l’expansion de la mine est inconciliable avec ces promesses et devrait être reconsidérée immédiatement », a déclaré Sienna Merope-Synge de la Caribbean Climate Justice Initiative de la Global Justice Clinic de l’Université de New York, l’un des groupes coordonnant la lettre.

Les organisations qui s’opposent aux effets néfastes de Barrick sur l’environnement et à son piètre bilan en matière de droits humains dans d’autres pays du monde ont signé ces lettres, qui font valoir que les actions de la société à l’étranger jettent un doute sérieux sur sa volonté de respecter les normes les plus strictes en matière de droits humains et d’environnement en République dominicaine. Dans la mine de Porgera, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Barrick a déversé plus de 6 millions de tonnes de résidus et 12 millions de tonnes de sédiments rocheux dans une rivière locale, avec l’autorisation du gouvernement. Une organisation de Papouasie-Nouvelle-Guinée a signé la lettre en adressant un message aux communautés de la RD : « Nous, les femmes autochtones Ipili de Porgera, sommes solidaires de vous dans cette bataille ».

Les lettres ont été présentées au ministère dominicain de l’énergie et des mines et au ministère de l’environnement et des ressources naturelles, ainsi qu’au PDG et au président de Barrick Gold et au président de la filiale dominicaine de Barrick, avant l’assemblée générale annuelle de la société à Toronto.

Contacts :

Sienna Merope-Synge, Global Justice Clinic, sms1118@nyu.edu, +1 (917) 864-6901, inglés

Diana Martin, MiningWatch Canada, diana@miningwatch.ca, +1 (613) 276-3760, inglés y español

Jan Morrill, Earthworks, jmorrill@earthworksaction.org, +1 (207) 542-4360, inglés y español

Source :  MiningWatch

Source photo : MiningWatch