AccueilNouvellesL’Organisation régionale des peuples autochtones de l’Est demande à la CIDH que l’État péruvien protège les peuples autochtones « sans contact »

L’Organisation régionale des peuples autochtones de l’Est demande à la CIDH que l’État péruvien protège les peuples autochtones « sans contact »

2 février 2021 – ORPIO 

L’Organisation régionale des peuples autochtones de l’Est (ORPIO) a présenté une demande de mesure de précaution et une pétition devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), avec le soutien d’IDL et du Centre juridique d’Ottawa, pour dénoncer le gouvernement péruvien qui met en danger la vie de peuples isolés.

Depuis plus de 30 ans, les organisations autochtones demandent la création des réserves autochtones Yavarí – Tapiche (Loreto), Kakataibo (Ucayali), Yavarí Mirim (Loreto), Sierra del Divisor Occidental (Loreto et Ucayali), Napo-Tigre (Loreto) et Atacuari (Loreto). Tout cela dans le but de sauvegarder la vie et l’intégrité des PIAVCI, c’est-à-dire des peuples qui n’entretiennent pas de contact avec la société nationale, mieux connus sous le nom de « sans contact ».

« De nombreux peuples autochtones isolés vivent dans le nord et le centre de l’Amazonie péruvienne, ainsi que dans les zones transfrontalières. Ces peuples refusent d’interagir directement avec des personnes extérieures à leur propre collectivité, vivent de la flore, de la faune et d’autres ressources existant sur leur territoire et sont dépourvus de défenses immunologiques contre les maladies extérieures et inconnues. Depuis les années 1990, les organisations autochtones réclament que l’État reconnaisse officiellement leurs territoires et les protège afin de garantir l’intégrité et la continuité de ces peuples. Cependant, jusqu’à présent, aucune des réserves demandées n’a été établie et, encore moins, des mécanismes de protection ont été mis en œuvre dans ces domaines. Au contraire, les activités extractives et les infrastructures, ainsi que le trafic de drogue, progressent sur ces territoires et entraînent avec eux la menace de la propagation de COVID 19 et d’autres maladies pour ces peuples, ce qui pourrait provoquer leur extinction. Dans ce contexte, l’intervention d’organisations supranationales de défense des droits fondamentaux, comme le système interaméricain des droits humains, est nécessaire de toute urgence« , a déclaré l’anthropologue Beatriz Huertas, spécialiste PIACI de l’ORPIO.

L’État a officiellement reconnu l’existence de la plupart de ces peuples ; cependant, il n’a pas reconnu leurs territoires et encore moins mis en place des mécanismes de protection pour garantir leur intégrité physique et socioculturelle. Ainsi, malgré l’extrême vulnérabilité du système immunitaire des membres de ces communautés au COVID-19, l’État péruvien n’a pris aucune mesure concrète pour préserver leur vie et leur intégrité.

Au contraire, l’État a autorisé l’octroi de concessions forestières et d’hydrocarbures. Il a même permis des activités extractives telles que l’extraction de pétrole, le développement de l’exploitation minière illégale et l’avancée de l’exploitation forestière dans les communautés proches des territoires du PIAVCI. En ce sens, la subsistance de ces peuples est confrontée au danger d’un avenir incertain à cause de la COVID-19.

« L’État a systématiquement négligé de donner une réserve indigène ou un territoire (aux peuples isolés) dans lesquels ils sont à l’abri de toutes sortes de menaces telles que le pétrole, la sylviculture, le trafic de drogue, la chasse illégale, entre autres (…) Il y a des années de retard, l’État ne considère pas les droits des peuples isolés comme une priorité, toutes les recherches et études indiquent que l’État a donné la priorité aux activités industrielles, aux activités économiques sur les droits humains. Cela nous a donc obligé à demander ces mesures de précaution à la CIDH, afin qu’elle puisse exhorter ou recommander à l’État d’avancer, dès que possible, dans la création de ces zones dans le respect de tous les protocoles afin qu’il puisse garantir aux peuples autochtones un territoire libre de menaces« , a confirmé le président de l’ORPIO, Jorge Perez Rubio.

Dans ce contexte, l’Organisation régionale des peuples autochtones de l’Est (ORPIO) – une organisation représentant les peuples et communautés autochtones de Loreto au Pérou -, l’Institut de défense juridique – IDL – et la Clinique des droits de l’homme du Centre de recherche et d’enseignement des droits de l’homme de l’Université d’Ottawa (Canada) demandent de toute urgence une mesure de précaution et une pétition devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH).

Face à un État lent et indifférent, les actions évoquées ci-dessus permettent que des décisions immédiates soient prises afin de protéger de manière adéquate et efficace les peuples autochtones isolés tels que leur droit à la vie, leur droit à la santé et leur droit à l’intégrité physique. Dans le cas contraire, ces communautés pourraient disparaître, c’est-à-dire s’éteindre. Il faut rappeler qu’il y a plus de vingt peuples sans contact au Pérou et qu’ils sont en danger d’extinction, ce qui est encore pire face à une pandémie qui a surtout frappé les groupes historiquement les plus vulnérables comme le PIAVCI.

Lire le résumé de la pétition et de la mesure provisoire

Source article: Organización Regional de los Pueblos Indígenas del Oriente 

Source photo: SERVINDI