AccueilPétitionLettre en faveur de la participation du SUNLA au processus d’investigation et de recherche des garifunas disparus de Triunfo de la Cruz

Lettre en faveur de la participation du SUNLA au processus d’investigation et de recherche des garifunas disparus de Triunfo de la Cruz

Lettre des organisations de défense des droits humains en faveur de la participation du SUNLA au processus d’investigation et de recherche des garifunas disparus de Triunfo de la Cruz 

Agissez maintenant et signez la pétition ici 

À JUAN ORLANDO HERNADEZ ALVARADO
Président de la République du Honduras

À MAURICIO OLIVA
Président du Congrès national de la République du Honduras

À ROLANDO ARGUETA PÉREZ
Président de la Cour suprême de justice du Honduras

À LIDIA ESTELA CARDONA
Procureure générale de la République du Honduras

À OSCAR CHINCHILLA
Procureur général de la République du Honduras

À JACKELINE ANCHECTA
Secrétaire d’État de droit dans les bureaux des droits humains

À BLANCA IZAGUIRRE
Commissaire national aux droits humains Honduras

MICHELLE BACHELET
Haut Commissaire des Nations Unies aux droits humains

GIOVANNI SASSOLI
Président du Parlement européen

NANCY PELOSI
Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis

À LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
À L’OPINION PUBLIQUE

Mesdames et Messieurs.

À cette occasion, nous nous adressons à vous en tant qu’espace d’articulation d’organisations de défense des droits humains, d’associations d’étudiant.e.s, d’organisations de base, d’organisations de quartier, de mouvements de femmes, LGTBIQ+, de mouvements populaires, d’artistes, de paysans, de peuples autochtones organisés qui se renforcent dans la diversité, le consensus et l’horizontalité comme pratique politique dans la recherche de la vérité et de la justice pour le peuple Garifuna au Honduras. Le 18 juillet 2020 vers 5 heures du matin, un groupe d’environ 30 hommes lourdement armés portant des uniformes et des gilets de la Direction des enquêtes de police (DPI), s’identifiant comme appartenant à ces forces, est entré dans la communauté garifuna de Triunfo de la Cruz, dans le département d’Atlántida, au Honduras. Cette intervention dans la communauté était justifiée par une prétendue opération de recherche et de saisie. Selon des témoins de la communauté, l’objectif de l’opération était de capturer le président du conseil d’administration de Triunfo de la Cruz, Alberth Sneider Centeno, qui, avec Milton Joel Martínez Álvarez, Suami Aparicio Mejía García et Gerardo Misael Trochez Calix, a été arrêté après que les policiers soient entré violemment dans leur maison. Depuis ce jour, nous ignorons où ils se trouvent.

Dix mois après la disparition, les autorités n’ont pas mené d’enquête minutieuse et efficace permettant d’établir le lieu où se trouvent les disparus, d’identifier les responsables de ces événements ou de déterminer le mobile du délit. À la lumière de ce qui précède, et protégée par le principe d’autodétermination des peuples, qui est envisagé, entre autres instruments, dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, l’Assemblée du peuple garífuna, à la demande des parents des jeunes disparus, a approuvé la formation du Comité d’enquête et de recherche des disparus de Triunfo de la Cruz (SUNLA).
Compte tenu de l’impunité qui règne dans le pays(1), et de l’importance de celle-ci dans la violation historique et systématique des droits humains qu’a connue le peuple Garífuna, l’objectif du SUNLA est d’effectuer un contrôle du processus d’enquête mené par l’État du Honduras, et simultanément, mettre en place une enquête compétente, indépendante et autonome, fondée sur les coutumes ancestrales du peuple garifuna, qui permette une analyse indépendante, objective et impartiale des faits, afin d’identifier la vérité des faits et de répondre à la demande de justice des familles des jeunes disparus et des communautés elles-mêmes.

Cependant, le 26 mars 2021, l’État du Honduras, au mépris du fait que ces faits constituent une violation grave des droits humains qui permettrait une action publique, a refusé, par l’intermédiaire du bureau du procureur général, l’inclusion du SUNLA dans les enquêtes. Dans son rapport à la Cour interaméricaine des droits humains sur les mesures provisoires accordées en faveur des communautés garifunas de Triunfo de la Cruz et Punta Piedra(2), le bureau du procureur général a fait valoir que l’inclusion de la SUNLA dans le processus d’enquête violerait les principes du droit international public relatifs à la souveraineté et à la non-intervention dans les affaires intérieures de l’État.

Nous affirmons que, contrairement à ce qu’a déclaré l’État du Honduras, l’incorporation du SUNLA et des personnes étrangères qui pourraient faire partie de l’enquête n’a pas l’intention de se substituer à l’État dans ses attributions et obligations, ni ne violerait les principes indiqués, puisque loin de constituer une forme d’ingérence étrangère, il s’agit d’une initiative née du peuple Garífuna, à travers laquelle il exerce son autodétermination en tant que peuple culturellement différencié. Au contraire, son intégration serait un signe de la volonté de l’État de respecter les droits du peuple garífuna et de travailler à une stratégie d’enquête commune pour garantir la transparence, l’efficacité et l’indépendance des enquêtes.

L’incorporation du SUNLA dans le processus d’enquête n’est pas seulement justifiée par le respect des droits du peuple Garífuna, mais aussi sur la base des droits reconnus aux victimes de disparition forcée (3), et des possibilités accordées par le droit interne d’être incorporé comme accusation privée dans les cas de violations des droits humains par des fonctionnaires publics. Par conséquent, l’incorporation du SUNLA est essentielle en tant que mécanisme visant à garantir le droit légitime des victimes, des proches et des représentants à pouvoir accompagner et participer au processus d’enquête et de recherche et à s’assurer qu’il est approfondi et indépendant.

Ainsi, nous, les organisations de défense des droits humains soussignées,

NOUS EXIGEONS :
1. L’incorporation immédiate du SUNLA dans le processus d’enquête et de recherche des jeunes Garifuna qui ont disparu le 18 juillet 2020.
2. Le respect sans restriction du droit des victimes, des membres de leur famille et de leurs représentants d’accompagner et de participer au processus d’enquête et de veiller à ce qu’il soit approfondi et indépendant ;
La fin de la persécution, de la criminalisation, du harcèlement et de l’intimidation par l’État contre le peuple Garifuna ;

Pour la vie et le territoire, la justice et la vérité pour le peuple Garifuna.

(1) Le Honduras est le pays présentant le deuxième taux d’impunité le plus élevé au monde, selon le Global Impunity Index Report 2020.
(2) Office DNDDHH-LI-256-2021, par lequel est présenté un rapport relatif au sixième point du dispositif de la résolution du 2 septembre 2020.
(3) La Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées établit dans son article 24 que « toute victime a le droit de connaître la vérité sur les circonstances de la disparition forcée, le déroulement et les résultats de l’enquête et le sort de la personne disparue, et elle établit également le droit des victimes, de leurs représentants légaux, de leurs avocats ou des personnes autorisées par eux, ainsi que de toute personne, association ou organisation ayant un intérêt légitime à participer à la recherche”, tel qu’établi dans les Principes directeurs sur la recherche des personnes disparues, approuvés en 2019.

Agissez maintenant et signez la pétition ici

Source: FORMULARIO DE ADHESIÓN ABIERTO A ORGANIZACIONES, MOVIMIENTOS Y ARTICULACIONES LOCALES, NACIONALES, REGIONALES E INTERNACIONALES