AccueilPétitionLe MAB réclame justice pour une activiste disparue

Le MAB réclame justice pour une activiste disparue

Source : Mab/Rondonia

Version espagnole sur le site de Red-DESC

Le Mouvement des personnes affectées par les barrages au Brésil-MAB a fait un appel à la justice et a demandé une enquête exhaustive, indépendante et impartiale sur la disparition de Nilce Souza Magalhães, “Nicinha”, défenseure de droits humains et leader du MAB à Rondonia, au Brésil.

Selon le MAB, jusqu’aujourd’hui, l’enquête menée par la police civile est empreinte d’un alarmant manque de clarté, avec de nombreux vides juridiques et des informations erronées diffusées à travers les médias nationaux. Le Mouvement exige une clarification des faits et une réponse adéquate suite à la disparition de la leader. Veuillez suivre ce lien afin de signer une carte d’appui à ces demandes.

Nilce Maga Magalhães de Souza, plus connue sous le nom de Nicinha, était mère de trois enfants, grand-mère de sept petits-enfants, pêcheuse et militante du MAB à Rondônia. Son activisme était axé sur la défense de la vie, des rivières et des forêts, des rives de la rivière Madeira, le plus grand affluent de la rivière Amazones, où elle a lutté pour le droit d’y rester.

Selon les rapports locaux, Nicinha est disparue le 7 janvier 2016, après avoir été vue pour la dernière fois dans sa résidence, dans un campement de familles pêcheuses déplacées par le projet de barrage hydroélectrique « Jirau, Energia sustentable de Brasil » (ESBR). Selon une autre résidente du campement, Nicinha a été vue pour la dernière fois alors qu’elle cuisinait et faisait la lessive dans sa hutte, aux alentours de midi, le 7 janvier. Peu après, le même voisin a senti que quelque chose brûlait et s’est approché de la hutte. C’est là qu’il a vu que le repas était en train de brûler et qu’elle n’était pas là.

Les recherches de la police civile et des pompiers n’ont commencé que cinq jours plus tard, soit le 13 janvier. Ils n’ont pas tardé à retrouver une petite chaîne qu’elle portait toujours au cou. Elle était brisée, sur le sol, près de sa maison. Cela semble indiquer qu’elle aurait été enlevée. De plus, ces documents personnels et sa caméra, qui contenaient des preuves de ses activités en défense des droits humains, ont également disparu de sa maison.

Nicinha est connue dans la région en tant que leader du Mouvement des personnes affectées par les barrages et s’est dédiée sans relâche à exposer les violations des droits humains commises par le consortium responsable du barrage de Jirau. Après avoir vécu dans la zone pendant près de 50 ans, elle a commencé à exprimer son inquiétude lorsque la pêche s’est vue affectée, durant les premières années d’opération du barrage. En 2014, la communauté où vivait Nilce a été dévastée par une inondation provoquée par le réservoir hydroélectrique, ravageant les maisons, les cultures et les matériaux de travail des familles qui vivaient sur les rives de la rivière.

Le consortium responsable du projet est formé par les entreprises GDF Suez Tractebel, avec une participation de 40%, de Mitsui, avec un 20%, et du groupe Eletrobras, avec un 40%, réparti en parts égales entre Electrosul et Chesf. En 2010, GDF Suez Tractebel a été nommée la pire entreprise du monde par les prix Public Eye Awards, pour sa participation dans la construction du barrage hydroélectrique de Jirau. Le gouvernement français contrôle 36% des actions transnationales de GDF Suez-Tractebel. Le gouvernement du Brésil est propriétaire du groupe Eletrobras ainsi que du principal bailleur de fond du chantier, la banque publique de développement BNDES.

Au fil des ans, Nilce a présenté plusieurs plaintes et a participé à de nombreuses audiences et manifestations publiques afin d’attirer l’attention sur les graves impacts du barrage sur les activités de pêche de la rivière Madeira et afin de dénoncer l’absence de compensations de la part du consortium envers les familles pêcheuses affectées par les effets socioéconomiques de l’entreprise. Ces plaintes ont donné lieu à deux consultations citoyennes publiques menées par des procureurs fédéraux et par le Procureur du District, qui se sont centrées sur les manquements du Programme d’appui à l’activité de pêche et sur la manipulation présumée des faits, illustrée dans les rapports de suivi en lien avec la pêche, qui ont supposément tenté d’occulter les effets nocifs du barrage. Elle a également dénoncé les dommages environnementaux liés au projet, incluant l’inondation des forêts, la contamination des eaux de la zone et l’émission de gaz à effets de serre. Le travail de Nilce a donné des résultats : en décembre 2015, suite à une table ronde avec le gouvernement fédéral à laquelle Nilce a participé, le gouvernement a décidé de mettre en place une commission afin de visiter la région et d’appuyer l’officialisation des dénonciations contre l’entreprise pour violation des droits humains.

Actuellement, le MAB a exhorté le gouvernement du Brésil à garantir une enquête exhaustive, indépendante et impartiale sur les faits entourant la disparition de Nilce Magalhães Souza.

Inscrivez votre nom ici pour donner votre appui!
Sans justice, ce cas ne peut être fermé. De l’eau pour la vie, pas pour la mort!