AccueilNouvellesLa Cour suprême fédérale ordonne la suspension de la loi étatique instituant une licence environnementale pour l’exploitation minière

La Cour suprême fédérale ordonne la suspension de la loi étatique instituant une licence environnementale pour l’exploitation minière

22 février 2021 – Conseil autochtone de Roraima 

Après diverses mobilisations des peuples autochtones de Roraima, des organisations autochtones et des mouvements sociaux, la Cour suprême fédérale (STF), par la décision du juge Alexandre de Moraes, a suspendu la loi étatique 1.453/2021, qui instituait une licence environnementale pour l’exploitation minière et libéralisait l’utilisation du mercure.

La mesure de précaution a été prise dans le cadre de l’action directe en inconstitutionnalité (ADI) 6672, déposée par le parti Rede Sustentabilidade, dont la cheffe de parti est la députée fédérale Joenia Wapichana.

La loi étatique 1.453/2021, à présent suspendue par le STF, a été élaborée par le gouverneur Antônio Denarium (sans appartenance politique) et approuvée par l’Assemblée législative. La mesure autorisait les activités minières impliquant l’utilisation de mercure, une substance très toxique pour l’environnement, tout en ignorant les études scientifiques sur ses impacts environnementaux.

Le Conseil autochtone de Roraima (Conselho indígena de Roraima), qui représente 247 communautés, rappelle que les peuples autochtones resteront vigilants et mobilisés, en attendant que la session plénière de la Cour suprême déclare l’inconstitutionnalité de la loi d’État 1.453/2021 parce qu’elle est considérée comme une violation grave et une menace pour la vie de la population autochtone.

Le Conseil autochtone de Roraima (CIR) est une organisation autochtone à but non lucratif, créée en août 1990, et vise à lutter pour la protection des droits garantis par la Constitution fédérale et le renforcement de l’autonomie des peuples autochtones dans l’État de Roraima. Pour atteindre ces objectifs, il développe des activités dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la culture, de la gestion de l’environnement, de la promotion sociale, du développement durable et de la participation aux politiques publiques, dans le respect de l’organisation sociale et culturelle des différents peuples autochtones de l’État. Le CIR est l’une des organisations autochtones les plus actives du Brésil, avec des opérations locales, régionales, nationales et internationales.

Source article et photo: Conseil autochtone de Roraima