AccueilNouvellesImpunité pour l’assassinat d’Adolfo Ich. La justice, comme le serpent, ne mord que ceux qui vont nu-pieds

Impunité pour l’assassinat d’Adolfo Ich. La justice, comme le serpent, ne mord que ceux qui vont nu-pieds

Le 27 septembre 2009, des agents de police et de l’armée ont expulsé de manière violente et extrajudiciaire la communauté Las Nubes, propriétaire des terres du Lote 16. Les forces de sécurité ont agi en collaboration avec les agents de sécurité privée, sous les ordres du lieutenant-colonel à la retraite Mynor Ronaldo Padilla, chef de sécurité de l’entreprise HudBay/CGN. Des hommes, des femmes et des enfants ont été blessés lors de l’opération. Des habitant.e.s d’autres communautés qui se sont approché.e.s de l’autoroute à proximité des installations de Hudbay/CGN ont été attaqué.e.s avec des armes à feu par les forces de sécurité de l’entreprise, qui ont blessé au moins 8 personnes et ont assassiné le professeur Adolfo Ich Chaman. Selon le fils de la victime, le professeur a été atteint par des tirs d’armes à feu à bout portant et blessé à coups de machette par des gardes de sécurité privée et Mynor Ronaldo Padilla lui-même. Le jeune German Chub Choc, qui s’est également approché pour observer, a lui aussi été blessé par une attaque directe, avec arme à feu, de Mynor Padilla. German Chub Choc est devenu paraplégique suite à cette attaque.

Adolfo Ich Chamán a occupé le poste de président de la communauté La Unión. Il était un dirigeant Maya Q’eqchi’ respecté et un professeur. Il vivait dans la communauté de La Unión, située dans la municipalité de El Estor, dans le département d’Izabal au Guatemala. Il était connu pour sa position critique sur les dommages et des violations des droits humains causés par les entreprises minières canadiennes dans sa communauté et a été un défenseur actif des droits des communautés sur les territoires Maya-Q’eqchi’.

En 2010, dans un effort sans précédent pour faire reconnaître en cour les abus subis par le peuple Maya-Q’eqchi’, la défenseure des droits humains Angélica Choc, épouse d’Adolfo Ich, a intenté avec 12 autres plaignants une poursuite au Canada contre la compagnie Hudbay Minerals et sa filiale locale, la Compañía Guatemalteca del Níquel (CGN).

En conséquence de son opposition à l’activité minière, cette communauté a été la cible d’actes de répression violente perpétrés par les forces de sécurité de l’État et des groupes de sécurité privée embauchés par l’entreprise. Depuis mars 2015, Angélica Choc a aussi été la plaignante principale dans une poursuite pénale contre Mynor Padilla, ex-chef de sécurité de Hudbay Minerals Inc. arrêté le 28 septembre 2012.

La procédure judiciaire a été marquée par la suspension des audiences et des actions propres au litige malicieux qui a permis à l’accusé, à ses avocats et aux entreprises visées (CGN et Hudbay) d’utiliser des manœuvres de coercition, des menaces et de l’intimidation contre les témoins, les plaignants et les victimes pour les empêcher de se présenter aux audiences pour témoigner et exiger justice. Plus de deux ans après le début du procès contre Mynor Padilla, le Tribunal chargé des poursuites pénales contre la production et le trafic de drogue et des infractions contre l’environnement du département d’Izabal, présidé par la juge Ana Leticia Peña Ayala, a le 6 avril dernier acquitté le militaire des accusations pesant contre lui concernant les blessures graves infligées à Haroldo Cucul Cucul et Germán Chub Choc; les blessures légères subies par Ricardo Acte Coc, Alfredo Tzi Ich, Luciano Choc, Oscar Anibal Cac Caal et Samuel Coc Chub, ainsi que l’assassinat d’Adolfo Ich Chamán et l’attaque contre d’autres membres de la communauté.

De même, le tribunal s’est prononcé en faveur de sanctions contre les plaignants et le procureur du Ministère Public pour avoir prétendument inventé de faux témoignages.

Face à cette situation, l’Unité de protection des défenseures et défenseurs des droits humains (UDEFEGUA) déclare:

  1. Sa profonde indignation face à cette résolution qui vient renforcer l’impunité dans le cas de l’assassinat du défenseur des droits humains Adolfo Ich et des blessures graves et légères subies par Haroldo Cucul Cucul, Germán Chub Choc et d’autres membres de la communauté.
  2. Son inquiétude pour la sécurité et l’intégrité physique et émotionnelle de la défenseure des droits humains Angélica Choc, qui a durant des années mené la lutte pour exiger justice pour son époux et les membres de la communauté du peuple Q’eqchi’; ainsi que pour la sécurité et l’intégrité physique et émotionnelle de German Chub qui a participé au procès comme témoin.
  3. Nous condamnons l’attitude du Tribunal présidé par la juge Ana Leticia Peña Ayala, lequel a rendu une décision en faveur de l’auteur des crimes, et criminalisé les victimes des faits survenus en septembre 2009.
  4. Nous demandons aux autorités du Ministère Public et de la Police nationale civile de garantir la vie, l’intégrité et la sécurité des plaignants de la partie civile, des témoins, des victimes et des familles des personnes touchées par l’attaque de Mynor Padilla.
  5. Nous exhortons les organisations sociales, populaires et de droits humains à se solidariser avec les défenseures et défenseurs des droits humains présentement à risque et à développer des articulations pour les protéger.

Guatemala, 7 avril 2017

Source: communiqué de UDEFEGUA

Photographie: James Rodriguez