AccueilNouvellesDes défenseurs Garifunas de la terre qui s’opposent à l’extractivisme son détenus et et harcelés 

Des défenseurs Garifunas de la terre qui s’opposent à l’extractivisme son détenus et et harcelés 

OFRANEH et d’autres organisations se mobilisent contre la réforme de la Loi sur la consultation libre, préalable et éclairée qui cherche à légitimer la vente des biens naturels aux investisseurs nationaux et étrangers.

Le 6 juin dernier, le leader communautaire Malvin Norales, défenseur du territoire ancestral de la communauté garifuna de Puerto Castilla, membre de la coordination de l’Organisation fraternelle noire hondurienne (OFRANEH). Grâce à la mobilisation rapide, aux dénonciations et  à la pression nationale et internationale d’organisations défenseures des droits des peuples et des territoires, Norales a été libéré la nuit même.

Les pressions liées à l’implantation des « villes-modèles » (ZEDE) sur les territoires Garifunas ont comme résultat la persécution des défenseur-e-s garifunas.

Miriam Mirando a parlé de la lutte de Malvin Norales en tant que défenseur du territoire et signale que la détention de son camarade est liée à l’intention de l’État hondurien et des capitaux transnationaux d’écarter les défenseur-e-s des peuples qui luttent contre les projets extractifs et pour la démocratie dans son pays, qui depuis des années vit sous une dictature civile: « L’État hondurien criminalise les défenseur-e-s des territoires afin de paralyser et de semer la peur chez le peuple », a-t-elle affirmé.

 

Source: Radio Mundo Real