AccueilCommuniquéDéclaration d’appui à la caravane de personnes migrantes de la part de la délégation canadienne de IMA

Déclaration d’appui à la caravane de personnes migrantes de la part de la délégation canadienne de IMA

English below…

Ville de México, 7 novembre 2018 – Des membres de l’Alliance internationale des migrant.e.s (IMA) se sont réuni.e.s au Mexique du 5 au 7 novembre 2018 dans le cadre de sa 4e assemblée générale internationale. Nous, la délégation canadienne d’IMA formée d’organisations et collectifs de personnes migrantes, réfugiées et leurs allié.e.s, exprimons notre solidarité aux membres des caravanes de migrant.e.s qui sont arrivées dans les derniers jours à la ville de México. Ces exodes massifs proviennent principalement du Honduras, mais aussi de plusieurs pays d’Amérique centrale.

Nous exprimons notre profonde préoccupation devant les graves dangers qui menacent les membres de cette caravane, mais aussi l’ensemble des personnes migrantes en Amérique latine. Des séquestrations, extorsions, détentions, disparitions, agressions sexuelles et assassinats ont été signalés, les femmes étant particulièrement vulnérables à la violence de genre. La délégation a visité le camp de réfugié.e.s où près de 5 000 personnes migrantes étaient entassées dans des conditions très précaires. Les réfugié.e.s ont quitté le stade tôt le matin du samedi 10 novembre en direction des États-Unis.

Les organisations signataires s’inquiètent également des menaces formulées par le président des États-Unis, Donald Trump, invoquant la militarisation de la frontière entre le Mexique et les États-Unis et des agressions physiques envers les membres de la caravane. Cela est en totale contradiction avec les obligations des États en termes d’accueil des personnes réfugiées.

Surtout, la délégation canadienne d’IMA déplore le silence de l’État canadien et de son Premier Ministre Justin Trudeau sur le sujet. Le Canada a une responsabilité particulière dans l’actuelle situation de crise sociopolitique du Honduras, de l’Amérique latine et de plusieurs autres régions du monde.

Par exemple, en 2009, peu de temps après le coup d’état militaire qui a délogé le gouvernement élu de Manuel Zelaya, des représentants de l’ambassade canadienne et des investisseurs canadiens ont rencontré le nouveau gouvernement putschiste de Lobo Sosa. Le Canada a été le premier pays à reconnaître formellement le nouveau gouvernement. En échange, le Honduras a adopté une réforme institutionnelle favorisant l’investissement étranger et l’exploitation minière sur son territoire, et la neutralisation de la contestation des communautés affectées par les projets extractifs et touristiques. Cette nouvelle législation est à l’image de la loi minière canadienne, qui est une des plus laxistes du monde, expliquant pourquoi 75% des entreprises minières du monde sont enregistrées au Canada. Un accord de libre-échange a ensuite été signé en 2013 entre les deux pays pour faciliter l’implantation de projets extractifs et touristiques canadiens, ce qui explique pourquoi de nos jours 90% des investissements miniers au Honduras est canadien.

Le cas du Honduras n’est qu’un exemple de la manière dont l’État canadien exerce des pressions économiques et politiques pour favoriser la destruction des territoires, spécifiquement ceux des communautés autochtones, paysannes et afro-descendantes, en Amérique latine et partout dans le monde. Ces mégaprojets d’extraction des ressources dérobent les peuples affectés de leurs moyens de subsistance, de leurs cultures et traditions. Ils entraînent des déplacements forcés, un climat d’insécurité, de persécution, ainsi que plusieurs formes de violences systémiques et individuelles telles que les disparitions, les viols et les assassinats.

Les organisations signataires souhaitent donc souligner le rôle déterminant du Canada dans ces exodes massifs en provenance de l’Amérique latine et du monde, où ses entreprises sont responsables des dommages précedemment nommés.

L’État canadien construit aussi sa richesse en exploitant la force de travail des personnes migrantes qui fuient la dépossession territoriale en venant travailler au Canada. Cela se fait par le biais de ses programmes de travail temporaire étranger dans les secteurs du travail agricole, domestique et les autres emplois dits « peu qualifiés ». Ces personnes constituent pour le Canada une source intarissable de force de travail à faible coût et jetable.

Considérant le rôle de l’État canadien dans la crise humanitaire actuelle, nous exigeons au gouvernement fédéral de Justin Trudeau qu’il s’engage immédiatement à protéger les droits des personnes demandeuses d’asile et déplacées, ainsi qu’il collabore avec le gouvernement du Mexique afin d’assurer à ces personnes un refuge sécuritaire.

Nous exigeons également l’arrêt immédiat des activités des industries canadiennes en Amérique latine et dans le monde, responsables de la destruction des communautés et de l’environnement. Ces entreprises enregistrées au Canada doivent être soumises à des enquêtes et être tenues responsables pour les violations de droits humains qu’elles exercent, tant sur les territoires autochtones du Canada que dans tous les pays où ses entreprises opèrent.

Puisque la majorité des réfugié.e.s de la caravane voyagent sans documentation, nous exigeons aussi aux ambassades du Honduras qu’elles assument leur devoir en facilitant la délivrance de passeports à ses citoyens et citoyennes en déplacement, ainsi qu’en leur apportant toute l’aide nécessaire.

Nous croyons qu’il est donc primordial que nous, en tant que membres de la société canadienne, démontrons notre entière solidarité avec les personnes migrantes de la caravane et du monde. Nous devons nous mobiliser afin de faire front commun contre les politiques canadiennes destructrices.

Ensemble, les organisations signataires, nous rappelons que personne n’est illégal et que les peuples disposent du droit à l’autodétermination, à demander l’asile et à vivre sans violence sociale, politique, économique ou de genre.

Nous resterons à l’affût de la situation et des déplacements de la caravane depuis la solidarité internationale.

Sont signataires :

Centre des travailleurs immigrants (CTI)
Centre d’appui aux Philippines (Centre for Phillipine Concerns-CPC)
Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
Femmes de diverses origines (FDO)
Migrante Alberta
Migrante Canada
Migrante Ontario
Mouvement contre le viol et l’inceste (MCVI)
PINAY Québec

Marie-Eve Marleau, Comité pour les droits humains en Amérique latine
Silvana Mora
Thierry Bussières
Projet Accompagnement Québec-Guatemala (PAQG)
Rían Adamian
El Salvador sin Fronteras. (Asociación Comunitaria de salvadoreños en Montréal)
André Martin, Montréal, Québec.
Michelle Renaud Québec
Murielle Boisvert
Sophie Rolland
Marie-Claire Dugas
Laura E. Asturias
Plataforma 51 de Guatemala
Maura McGrath – With hundreds of Canadians I beg our Government leaders to do all you can to ensure the safety and welcome of those fleeing their countries and asking Canada for asylum.
Adriana R. Aguilar Melo
Germán Hernández, Doctorante en educación.
Catherine savoie
Manon Dumas
Nathalie Montero Zubieta
Héloïse Vézina
Nolvia Zaldana
Christopher Esquivel lemus
Angela Aurucci
Communauté hondurienne au Québec
Maria Fernanda Anaya Dominguez
Alexandra Elena Cadar
Clarissa Lassaline
Mireille Coral
Naima Hanafi
Educación en Acción C. Justicia Ottawa

 

Cliquez ici pour adhérer à la déclaration

Statement of the Canadian Delegation in support and solidarity with Migrants’ Caravan

Mexico City, November 7, 2018 – Members of the International Migrants’ Alliance (IMA) met from November 5 to 7, 2018 for its 4th General Assembly. We, the Canadian delegation of IMA, made up of grassroots organizations of migrants, refugees and their allies, express our solidarity with the members of the caravan of migrant people, especially women and children who arrived in México City in the last few days. This massive exodus comes mainly from Honduras, as well as from other Central American countries.

We are deeply concerned about the dangers facing the members of this caravan, as well as all migrants in Latin America. Kidnappings, extortions, disappearances, sexual assaults and killings have been reported, with women and children being particularly vulnerable to violence. The delegation witnessed the terrible living conditions in the refugee camp where almost 5 000 migrants were staying until Saturday 10th in the morning.

We, the signatory organizations stand together in protest to the threats made by US President Donald Trump to militarize the US-Mexico border and to act with aggression towards the caravan, in total violation of international human rights standards towards asylum-seekers.

Most importantly, IMA’s Canadian delegation deplores the silence of the Canadian state and Prime Minister Justin Trudeau on this matter. Canada has played a serious role in creating the current crisis situation in Honduras and in Latin America, as well as in many countries around the world.

For example, in 2009, shortly after the military coup that ousted the government of Manuel Zelaya, representatives of the Canadian embassy and Canadian investors met with the new putschist government of Lobo Sosa. Canada was the first country to formally recognize this government. In exchange, Honduras adopted an institutional reform that facilitates foreign investment and mining in the country, and neutralizes the opposition to mining projects by the affected communities. This new piece of Honduran legislation closely mirrors the Canadian Mining Act, one of the most lax mining policies in the world, thus explaining how Canada has become a safe haven for the world’s mining companies, with 75% of these registered on the Toronto Stock Exchange. Furthermore, a free trade agreement signed in 2013 between the two countries also promotes the Canadian tourism and resource extraction industries in Honduras, and today, mining by Canadian based companies accounts for approximately 90 percent of all foreign investment in Honduras.

The case of Honduras is just one example of the role of Canadian state policies that result in the destruction of territories, particularly those of indigenous, peasant and Afro-descendant communities. These resource extraction megaprojects across Latin America and the world, affect people’s livelihood, culture and traditions, and are responsible for generating forced displacement, a climate of insecurity, persecution, as well as many forms of systemic and individual violence, including disappearances, rape, and murder.

The signatory organizations therefore wish to emphasize Canada’s key role in the creating the root causes of the massive exodus of people from Latin America, where Canadian companies are wreaking havoc, plundering resources, contaminating nature, threatening and murdering individuals who oppose these projects, and destroying the social fabric upon which people’s livelihoods and wellbeing are built. Indeed, all of these atrocities occur with impunity.

It is clear that while Canada continues to build its wealth by exploiting the resources and people in the global south, it also takes advantage of the workers who are forced to flee and arrive in Canada in search of livelihood, entering under temporary foreign worker programs. Such programs exploit migrant workers of many different sectors, including farm workers, domestic workers and other so-called “low-skill work” as a pool of cheap and disposable labour. The Canadian government must take responsibility for its role in cultivating and promoting the systemic conditions that allow for employers to abuse, exploit, and deny migrant workers rights.

Considering Canada’s responsibility, we demand that the Government of Canada immediately take a stand to protect these asylum seekers and displaced people, and work with the Mexican government to offer those that wish to stay in Mexico safe refuge. We demand a stop to the destructive practices of Canadian industries in Latin America and in the world. Canadian companies abroad must be held accountable for their activities., not only in indigenous territories of Canada, but also elsewhere in the world where they are operating.

Since the majority of the migrants are travelling without formal documents, we also demand that the embassies and consulates of Honduras in Mexico, the United States and Canada provide upon demand, passports and any other of support to their citizens in transit, as is their duty.

We believe it is more important than ever for us, as Canadians to show our full solidarity with the people of the Caravan and migrants of the world, and to organize to oppose the government policies that contribute to their ongoing plight.

Together, the signatories of this statement, remind you that no human being is illegal, and that all people have the right to self-determination, to seek asylum, and to live free from social, political, economic and gender-based violence!

Are signing :
Centre for Philippine Concerns
Committee for Human Rights in Latin America (Comité pour les droits humains en Amérique latine, CDHAL)
FCJ Refugee Centre
Immigrant Workers Centre (IWC)
Migrante Alberta
Migrante Canada
Migrante Ontario
Mouvement contre le viol et l’inceste (Movement against rape and incest, MCVI)
PINAY Quebec (Filipino Women’s Organisation in Quebec)
Women of Diverse Origins

 

Click to endorse declaration