AccueilCommuniquéCajamarca défend son territoire contre la Colosa à travers l’exercice autonome de consultation populaire contre la méga-industrie minière

Cajamarca défend son territoire contre la Colosa à travers l’exercice autonome de consultation populaire contre la méga-industrie minière

Les organisations et les communautés regroupées au sein du Tejido Territorial pour la défense des divers territoires, de l’eau et de la vie, saluons avec grande joie et admiration le peuple de Cajamarca qui, le 26 mars 2017, a exprimé de façon claire et forte son opposition aux politiques extractives. Cette victoire a eu lieu malgré toutes les tentatives de sabotage et les efforts des sympathisants de l’entreprise et de ceux qui ont appelé à l’abstentionnisme (lesquels ont utilisé de mauvaises pratiques et qui sont sous enquête par le Ministère Public et autres organismes de contrôle) afin d’empêcher que soit atteint le seuil nécessaire pour que le résultat soit contraignant.

En exerçant la Consultation populaire en tant que mécanisme démocratique et droit fondamental à la participation, les habitant.e.s de Cajamarca ont exprimé de façon autonome et irréfutable leur opposition complète au projet minier La Colosa que la multinationale AngloGold Ashanti prévoyait implanter sur ce territoire paysan protégé au niveau environnemental. Avec un résultat de 6 165 votes contre le projet, représentant 97% des votant.e.s, la communauté a réitéré que l’eau, les aliments, les écosystèmes vitaux et la culture paysanne valent beaucoup plus que n’importe quel gisement de minéral et que l’intérêt des grandes entreprises minières comme AngloGold Ashanti qui veulent détruire nos territoires de vie.

Les lois statutaires 134 de 1994 et 1757 de 2015 ont établi de façon claire l’obligation de se conformer à ce qui est décidé par le peuple lors de la consultation populaire. De plus, la Cour constitutionnelle a été explicite lorsqu’elle énonçait les principes d’autonomie territoriale et les compétences des entités territoriales en ce qui a trait à déterminer les usages de leur sol. La décision de la Consultation populaire protège donc ce territoire paysan et ressource alimentaire de la Colombie, ainsi que les arracacheros (surnom donné aux habitant.e.s de la région) d’Anaime contre la méga-industrie minière.

Nous rejetons catégoriquement les déclarations du gouvernement national et d’Anglogold Ashanti qui cherchent à ignorer les résultats du Mécanisme constitutionnel de participation. Le ministre des mines, German Arce, a tenté de faire écho aux faux arguments d’Anglogold Ashanti en prétendant que la Consultation populaire n’aurait pas d’impacts sur le projet La Colosa. Nous rappelons que ce projet ne dispose d’aucun permis environnemental et n’est encore qu’une perspective d’exploitation. Ainsi, le haut-fonctionnaire du gouvernement tente de minimiser la victoire indiscutable du 26 mars 2017, affirmant que « 6 000 personnes représente une faible proportion de la population ». Pourtant, ce nombre dépasse le seuil électoral, surpassant les indices d’abstention enregistrés lors du vote pour le poste de président ou de congressistes, de telle sorte que, suivant l’argument du Ministre, l’élection des hauts-fonctionnaires serait illégale, en plus d’être illégitime.

Nous réitérons notre reconnaissance et admiration face au processus de défense territoriale lancé par la Consultation populaire. Nous accompagnerons leur détermination et leur processus de protection.

Nous exigeons le respect absolu de la décision populaire qui devra se concrétiser par l’établissement de l’accord municipal interdisant l’implantation de l’industrie minière dans la municipalité de Cajamarca.

 

Source : Comité Ambiental en Defensa de la Vida