AccueilCommuniquéL’État mexicain s’en prend aux défenseur-es des droits humains

L’État mexicain s’en prend aux défenseur-es des droits humains

Crédit photo: Goldman prize

Source: Communiqué du REMA

Jeudi 19 janvier 2017

Un autochtone mexicain, Isidro Baldenegro López, connu pour sa lutte pour la défense de la vie et pour son rôle comme protecteur de la forêt de Coloradas de la Vierge dans le Mpio et récipiendaire du Prix Goldman pour sa persévérance dans la lutte pour la protection de la nature, a été tué dans l’État de Chihuahua. Concernant cet assassinat, nous ne pouvons que pointer du doigt la servilité, la corruption et la lâcheté des législateurs des partis politique qui ont autorisé des lois et des règlements hautement discutables en faveur de l’enrichissement des compagnies minières. Nous sommes maintenant prisonniers de la pollution et de la maladie, et nous avons été dépouillés de nos terres.

Isidro a été assassiné par des tueurs lâches au service du gouvernement et des entreprises, comme ce fut le cas de Mariano Abarca à Chicomuselo, Chiapas, Bety Cariño et Yuri Jaakkola à Oaxaca, tout comme Ismael Solorio et sa femme Manuela Solís au Chihuahua. La même situation se produit avec les dirigeants d’autres nations, comme ce fut le cas de Berta Cáceres au Honduras ou de la camarade Emilsen Malyoma, assassinée hier en Colombie, de Laura Leonor Vásquez et Sebastián Alonso, tous deux assassinés il y a quelques jours au Guatemala. La liste, interminable, de défenseurs et défenseures qui nous sont chers et qui sont assassinés s’allonge chaque jour dans un contexte de corruption, d’impunité, et de manquements à la justice.

Tou.te.s avaient un point commun: défendre la vie, défendre la nature, défendre le territoire, défendre les droits humains collectifs que les gouvernants et les enterprises n’ont de cesse de violer, camouflés et protégés par leurs propres règles, et qui, lorsqu’ils se sentent découverts ou qu’ils sont dénoncés, lâches et misérables, recherchent par les balles une manière d’occulter le dépouillement de la nature et de la vie des peuples en cours.

Au REMA, la perte de chacun et chacune de ces camarades, avec leur envergure éthique, morale et collective, nous rend terriblement tristes. Le fait que leur absence soit associée au recours à tueurs à gages protégés par des entreprises et gouvernants nous indigne profondément.

Malgré notre tristesse et notre indignation, chaque camarade assassiné.e nous donne encore davantage de conviction pour multiplier les luttes et hausser notre engagement, suivant en cela ce qu’ils et elles nous ont montré et enseigné… Poursuivre leurs luttes est le seul moyen que nous avons de leur rendre un hommage permanent et d’enseigner à ceux et celles qui ne les ont pas connus qu’ils ont été assassiné.e.s parce que leur unique motif était de protéger la vie. Le REMA étreint solidairement les familles d’Isidro, Emilsen, Laura et Sebastián, assassiné.e.s dans les trois derniers jours, assassiné.e.s pour le délit de défendre la vie.

RED MEXICANA DE AFECTADOS POR LA MINERÍA 

Lire le communiqué complet : REMA