AccueilCommuniquéNote publique de rejet contre le projet du gouvernement de Bolsonaro de réglementer l’exploitation minière, les projets énergétiques et l’agro-industrie dans les terres autochtones

Note publique de rejet contre le projet du gouvernement de Bolsonaro de réglementer l’exploitation minière, les projets énergétiques et l’agro-industrie dans les terres autochtones

L’Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) s’adresse au public pour exprimer son rejet véhément des manifestations de haine et de racisme viscéral que le gouvernement Bolsonaro, depuis son premier jour de gouvernement, a régulièrement et publiquement exprimé contre les peuples, les organisations et les leaders autochtones du Brésil, dans les derniers jours se sont matérialisés dans l’annonce d’un projet de loi qui vise à définir «des conditions spécifiques pour l’exploration et l’extraction des ressources minérales, y compris l’exploitation minière artisanale, le pétrole et le gaz, et la production d’énergie hydroélectrique dans les terres autochtones», une annonce dissimulée par de fausses bonnes intentions et une rhétorique qui induisent la cooptation et la division des peuples et élude le véritable sens de l’autonomie, autorise l’invasion de territoires autochtones par le biais d’autres entreprises, telles que l’agriculture extensive, l’élevage et autres entreprises prédatrices.

La vile déclaration que « l’Indien est un être humain comme nous. Il a un cœur, il a un sentiment, il a une âme, il a un désir, il a des besoins… », répète l’ethnocentrisme des envahisseurs européens qui, il y a plus de 500 ans, ont massacré des millions de nos frères et sœurs, une pratique qui constitue aujourd’hui un crime racial capital.
Le «rêve» du gouvernement Bolsonaro est, en fait, la volonté de servir les intérêts économiques qui ont impulsé sa candidature et qui soutiennent son gouvernement, même si cela implique un violation totale de la législation nationale et internationale qui garantit nos droits fondamentaux, notre droit original et droit congénital d’occupation traditionnelle de nos terres et territoires, notre droit à la possession et au usufruit, et notre droit à la consultation, au consentement libre, préalable et éclairé sur toutes les mesures administratives et législatives qui nous concernent.

Il faut dire que la majorité des peuples et communautés autochtones du Brésil ne partagent pas les souhaits d’une minorité de personnes autochtones induits en erreur et se pliant aux mauvaises intentions camouflées de ce gouvernement.

L’APIB dénonce donc la manipulation que le gouvernement de Bolsonaro fait de notre droit à l’autonomie et rejet ce projet de mort qui veut à tout prix mettre en œuvre dans les territoires indigènes, avec des impacts irréversibles, notamment dans les peuples autochtones isolés et récemment contactés et appelle toutes ses bases et mouvements, organisations et segments de solidarité de la société nationale et internationale à se joindre à nous dans cette bataille pour la vie et le bien-être non seulement des peuples autochtones mais de toute l’humanité et de la planète .

Brasilia, 6 février 2020.
Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB)

Source et photo : APIB