AccueilCommuniquéLettre aux parlementaires canadiens pour empêcher la ratification du TLÉ

Lettre aux parlementaires canadiens pour empêcher la ratification du TLÉ

Congrès de la République

Bogota, 31 mars 2009

Mesdames et Messieurs les membres du
Comité du commerce international
Parlement du Canada
Ottawa, Canada

Les sénateurs et députés colombiens soussignés vous saluent cordialement et vous exhortent à ne pas approuver l’Accord de libre-échange souscrit entre les gouvernements de la Colombie et du Canada.

Deux raisons principales motivent cet  appel que nous vous lançons aujourd’hui et nous pouvons les résumer comme suit :

Vingt années de « libre-échange » en Colombie montrent que ces politiques causent de grands dommages à l’économie urbaine et rurale de notre pays, mettent l’État au service de puissants monopoles et d’entreprises transnationales, entraînent une plus forte concentration de la richesse et accroissent le chômage et la pauvreté.  De plus, la crise économique internationale actuelle ainsi que l’expérience pluri-décennale du Canada montrent également que pour les travailleurs canadiens, le « libre-échange » n’ a pas d’effets positifs non plus.

L’ALÉ entre la Colombie et le Canada pourra servir les puissants intérêts économiques en jeu dans les deux pays, mais pas ceux de nos peuples respectifs.

Deuxièmement, le Parti démocrate des États-Unis a parfaitement raison quand il assure que le gouvernement de la Colombie, dirigé par le Président Álvaro Uribe, ne passe pas l’examen des droits de la personne, notamment en ce qui a trait à la violence manifestée à l’encontre des syndicalistes et l’impunité qui en est résultée.  Et il est évident qu’un ALÉ entre le Canada et la Colombie sera considéré aux Etats-Unis et en Europe comme une espèce d’absolution du gouvernement colombien à cet égard.  Le Canada a-t-il la certitude de pouvoir délivrer cette absolution?  Comment cette décision sert-elle les intérêts du peuple canadien?

Les parlementaires de nos deux pays doivent chercher une meilleure façon de relier leurs peuples au lieu de le faire par le biais de l’ALÉ.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos respectueuses salutations.

Sénateurs signataires :

Jorge Enrique Robledo Castillo, Gloria Inés Ramirez, Luis Carlos Avellanada, Alexander López, Parmenio Cuellar, Jesús Bernal.