AccueilNouvellesLes habitants du Soconusco, Chiapas, s’organisent afin d’enrayer les projets miniers

Les habitants du Soconusco, Chiapas, s’organisent afin d’enrayer les projets miniers

Depuis le 26 septembre 2016, les habitant.e.s de 29 quartiers et communautés des municipalités de Acacoyagua et Escuintla, dans la montagne Madre de Chiapas, initient une étape importante pour la défense du territoire devant l’expansion de l’activité minière dans son entièreté. Elles et ils sont réuni.e.s par le Front populaire en défense du Soconusco (Frente Popular en Defensa del Soconusco [FPDS]), un mouvement citoyen pacifique né le 20 juin 2015 et qui a pour objectif de protéger contre le pillage cette magnifique région située dans le Soconusco (zone côtière du Chiapas) et la périphérie de la réserve biosphérique El Triunfo.
Avec seulement de simples cordes attachées aux arbres, les membres du front populaire empêchent le passage des machines de l’entreprise minière mexicaine El Puntal S.A. de C.V. jusqu’à la zone d’exploitation de 500 hectares appelée Casas Viejas, située entre les communautés Magnolias, Los Cacaos et Satélite Morelia à Acacoyagua.

21 concessions minières à Acacoyagua et Escuintla; 99 au total dans la région du Chiapas
Ils expriment de cette manière leur refus à perdre la santé et la vie par la pollution que génère ce projet d’extraction d’or, d’argent, de titane et de plomb actif depuis environ 15 ans. Malheureusement, la Casas Viegas ne constitue qu’un des quatre projets miniers toujours actifs dans la municipalité, qui regroupent au total 13 concessions minières (plus de 36 000 hectares). Dans toute la province de Chiapias, il y a 99 concessions minières.

Les membres du Front ont deux campements, chacun baptisé en l’honneur de camarades : le campement Alberto Montano Espejel dans la communauté de Santa Anita et le campement José Luciano dans la communauté de Las Cadenas. Le premier personnage a milité pour qu’Acacoyagua deviennent une municipalité libre (celle-ci a été sous le contrôle de Escuintla jusqu’en 1947) et le second a donné sa vie pour la récupération de terres par les membres de sa communauté sous le gouvernement de Porfirio Diaz. « Nous défendons notre territoire pour que nos enfants puissent continuer à vivre aussi heureux que nous l’avons été en ces lieux », raconte une habitante de la municipalité établie dans le campement José Luciano.

22% des mortalités à Acacoyagua dues au cancer
Le droit des habitant.e.s d’Acacoyagua et Escuintla à un environnement sain, à la santé et à l’eau potable sont bafoués quotidiennement par l’activité minière. À Acacoyagua, la communauté Jalapa a été victime d’un désastre environnemental très préoccupant. La mine Casas Viejas se trouve à seulement quelques 200 mètres du système d’installation d’eau qui approvisionne la communauté. Durant cette saison des pluies, les déchets miniers ont bloqués leur réservoir, laissant ainsi la communauté sans eau. C’est en constatant cette catastrophe qu’une grande partie de Jalapa a décidé de s’opposer au projet.

Juan Velasquez, docteur à Acacoyagua, calcule qu’entre 2005 et 2015 le pourcentage de mortalités dues au cancer dans la municipalité est monté de 7% à 22%. « Les cancers de tous types et principalement celui du foie sont devenus les premières causes de mortalité dans la région », rappelle le médecin. « Nous luttons pour survivre », dit-il, assurant que l’activité minière libère des particules toxiques et radioactives comme le thorium et le silicium.

Rivières contaminées et maladies de la peau
Plusieurs habitants se plaignent d’avoir souffert de maladies de la peau après avoir été en contact avec l’eau des cours d’eau dans lesquels il est connu que les mines déchargent des matériaux extraits des sous-sols. « Un des motifs pour lesquels la SEMARNAT (Secrétariat de l’environnement et des ressources naturelles) n’a pas approuvée le changement d’utilisation des sous-sols pour le projet miniers Bambu à Acacoyagua est que l’entreprise qui la gère (Œuvres et Projets Mazapa S.A. de C.V.) décharge directement ses déchets dans la rivière Cintalapa, laquelle approvisionne environ 3000 habitant.e.s de Escuintla en eau », rappelle Libertad Diaz, membre de Otros Mundos A.C./Amigos de la Tierra Mexico et du réseau Red Mexicana de Afectados por la Mineria (REMA).

Otros Mundos A.C. / Amigos de la Tierra México et la REMA appuient la lutte du Front populaire en défense du Soconusco. Ces organisations et leurs membres exigent que la mairie de Acacoyagua remplisse la promesse faite lorsqu’elle a déclaré la municipalité un territoire libre de mine le 16 août 2016. En concordance avec cette promesse gouvernementale, la mairie devrait donc révoquer les licences d’exploration et d’exploitation actuelles y s’engager à ne plus en émettre.

Nous appelons la communauté nationale et internationale à se solidariser avec le Front populaire en défense du Soconusco et nous exigeons la révocation des licences des projets miniers.
Nous tenons comme responsable le gouvernement de Chiapas devant toute forme d’attentat à l’intégrité physique et psychologique des membres du mouvement.