AccueilCommuniquéLe réseau international de soutien au Peuple Mapuche au Chili proteste contre l’assassinat de deux jeunes Mapuches

Le réseau international de soutien au Peuple Mapuche au Chili proteste contre l’assassinat de deux jeunes Mapuches

Les Réseaux Européens de Soutien à la Résistance du Peuple Nation Mapuche, organisations internationales de défense de l’environnement et des droits humains, ainsi que les personnes adhérant à titre personnel à cette déclaration, manifestons ensemble notre indignation face à l’assassinat brutal de deux jeunes mapuche, Luis Marileo Cariqueo et Patricio González, perpétré par un grand propriétaire terrien et ancien policier, Ignacio Gallegos Pereira. Nous manifestons également notre inquiétude concernant la grève de la faim que maintiennent les prisonniers politiques Mapuche dans les prisons de Temuco et d’Angol.

Nous dénonçons:

Que l’Etat chilien, avec à sa tête l’actuelle présidente Michelle Bachelet, continue de faire la sourde oreille face aux demandes de récupération des territoires ancestraux du Peuple-Nation Mapuche.

Que cette situation de violation systématique des droits humains du Peuple-Nation Mapuche a permis à Ignacio Gallegos Pereira de tirer impunément dans le dos des deux jeunes hommes qui sont allés s’entretenir avec lui le samedi 10 juin à 17 heures, heure chilienne, à la recherche d’un cheval volé de leur propriété, que Gallegos aurait inscrit comme sienne.

Qu’Ignacio Gallegos Pereira, avec sa trajectoire de violation des droits humains pendant la dictature de Pinochet, est directement lié avec le cas “des égorgés“; dans ce contexte, nous ne sommes pas surpris de la violence exercée contre les deux jeunes hommes qui tentaient de récupérer le cheval de leur communauté.

Que Luis Marileo Cariqueo, en qualité de mineur Mapuche, a souffert de la répression et de l’application de la Loi antiterroriste, héritée de la Dictature Militaire, qui permet d’appliquer des jugements sans garanties procédurales objectives et avec des témoins protégés, pour criminaliser les revendications légitimes du Peuple-Nation Mapuche.

Que Luis Marileo Cariqueo, étant mineur, a été incriminé tel un terroriste et emprisonné pendant 7 mois sans procès équitable. Pour exiger que le Service National des Mineurs (SENAME) se charge de la protection de ses droits et d’accélérer la tenue de son procès, il a dû faire une grève de la faim de 41 jours avec d’autres jeunes Mapuche. Et c’est seulement après 3 ans de prison qu’il a été libéré, sans qu’aucune accusation n’ait été retenue contre lui. Ceci démontre que ses droits humains ont été violés depuis son enfance.

Nous condamnons les violations des droits humains et l’usage de la violence policière et paramilitaire dans les communautés mapuche, en particulier contre les plus vulnérables, enfants, femmes et personnes âgées; il existe un vaste historique de dénonciations, y compris à la Cour interaméricaine des des droits humains, la CIDH (1). Preuve de ceci, le 14 juin, les forces policières du Chili ont effectué une perquisition dans une école de la communauté de Temucuicui, y réalisant une action d’une force démesurée contre les êtres les plus vulnérables de la communauté. Comme nous avons pu le constater jusqu’à présent, l’exercice de la violence policière a pour objectif de provoquer, et ensuite de fonder une accusation de crime prémédité envers les leaders sociaux Mapuche en lutte.

Nous rejetons la criminalisation que l’État chilien, les médias et les groupes de pouvoir du pays ont construit autour de la mobilisation sociale et politique légitime du Peuple-Nation Mapuche. La criminalisation apparaît clairement comme une stratégie de délégitimation face à l’opinion publique nationale et internationale, permettant de justifier l’exécution physique et médiatique, comme dans le cas concret de l’assassinat de ces deux jeunes hommes, alors que l’on retire de tout son contexte la demande historique que ce peuple maintient depuis l’instauration même de l’État chilien sur ses territoires, il y a 130 ans.

Nous sommes indignés de voir que les prisonniers politiques Mapuche n’obtiennent le respect de leurs droits politiques, civils, économiques, sociaux et culturels dans leur détention qu’au prix de grèves de la faim, avec les conséquences graves que cela entraîne sur leur santé physique et psychologique.

Nous soutenons les justes revendications de Restitution Territoriale et d’Autonomie Politique que du Peuple-Nation Mapuche, ainsi que la résistance et le contrôle territorial comme garantie unique de survie et de projection en tant que peuple originaire.

Pour tout ce qui précède, NOUS EXIGEONS de l’État chilien :

  • Un jugement objectif et une incarcération immédiate pour l’assassinat prémédité et avec trahison au coupable de la mort de Luis Marileo Cariqueo et de Patricio González.
  • Une réponse aux demandes légitimes des Prisonniers politiques Mapuche en grève de la faim dans les prisons de Temuco et d’Angol.
  • LA LIBERTÉ IMMÉDIATE de l’ensemble des prisonniers et prisonnières politiques Mapuche emprisonné.e.s suite à des montages judiciaires.
  • Des procès équitables, appliquant en première instance l’art. 10 de la Convention 169 de l’OIT, qui établit que, en tant que personnes appartenant à des peuples autochtones, le type de sanction devra de préférence être autre que l’emprisonnement.
  • L’abrogation et l’élimination de l’application de la Loi Antiterroriste et de Sécurité Intérieure d’État aux leaders sociaux et politiques Mapuche.
  • La restitution des territoires ancestraux au Peuple-Nation Mapuche.
  • La démilitarisation du territoire mapuche.

 

  1. Le gouvernement du Chili a été condamné par la CIDH en 2014 pour l’application de la Loi Antiterroriste dans des cas de protestation sociale, le non-respect de la présomption d’innocence, et la violation systématique des Droits Humains, entre autres. Pour plus d’information, visiter:  http://www.oas.org/es/cidh/audiencias/advanced.aspx?lang=es

 

SIGNATAIRES:

Red Europea de Apoyo al Pueblo Nación Mapuche (PNM), les organisations qui font partie de cette initiative sont les suivantes:

Comisión Europea de Derechos Humanos y Pueblos Ancestrales (CEDHPA), Suède.

Plataforma de Apoyo al Pueblo Mapuche. Madrid, Espagne.

Hayin Ray. Comisión de Apoyo a los Pueblos Originarios de Chile. Genève, Suisse

María Jara. Comisión Ética Contra la Tortura- Bélgica. CECT- exterior

RAPMO. Red de Apoyo Pueblo al Mapuche en Oslo, Norvège.

Aso – Kimun, Suisse.

Jorge Marín, Grupo de Amigos de COMABE

Andrea Cotrena. Red de Apoyo Mapuche en Bélgica

Coordinación Mapuche de Europa (CME)

Comité pour les Droits Humains en Amérique latine CDHAL, Montréal, Canada

Comisión de Apoyo a los Pueblos Originarios de Chile, Suisse.

Mapuche Suiza.

Eco Mapuche, Italie.

Marea Latinoamericana de Podemos, Espagne.

Anticapitalistas.

Tierra y Libertad de Perú, en Madrid, Espagne.

Frente Amplio Toronto, Canada.

Frente Amplio París, France

Asociación Paz con Dignidad

Base España y Europa Central del Movimiento Autonomista

Plaza de los Pueblos (Madrid)

Tierra y Libertad para Arauco, Paris

SOS Racismo- Portugal

Grupo Musical TROPICAUSICA. Portugal

Y Retiemble Plataforma de Solidaridad con el Congreso Nacional Indígena de México

Herson Huinca Piutrin, Pablo Millalen. Comunidad de Historia Mapuche. Wajmapu. France.

Comité de Apoyo al Pueblo Mapuche. Malmö, Suède.

Comité de Solidaridad con el Pueblo Mapuche. Belgique.

Komiteen for Mapuches Rettigeheter. Comité por los Derechos del Pueblo Mapuche. Norvège. María Esperidion.

Ana González, COMABE, (Comité de Solidaridad Mapuche – Bélgica)

Herminia Queupumil. Red de Apoyo Mapuche en Lausanne, Suisse.

Red de Apoyo Mapuche. Suisse

Rosario Railaf.  Red de Apoyo al Pueblo Mapuche, Pays-Bas.

Asociación Mapuche, Gulamtun. Malmö, Suède.

Colectivo Trawun Barcelona, Espagne

Defensoría Internacional por el Derecho de los Pueblos (DIDEPU), Suisse.

Colectivo Abya Yala, Anticapitalistas del Sur en París, France.

Wiriwe. Mapuche Suiza.

Ricardo Acuña, pensionista. Chili

José Luis Linaza. Doctor y Catedrático de Universidad Autónoma de Madrid. Espagne.

Frente Amplio Madrid, Espagne.

Paraguay Resiste Madrid y Barcelona, Espagne.

Frente Amplio Uruguay.

Amigos de la Tierra

Asociación Cultural Maloka

Resiste Madrid y Barcelona.

Izquierda Unida, Madrid.

Womeninculture – Italie

Redacción de Viento Sur

Madrid 43 Ayotzinapa

Frente Amplio Seattle.

Stefanie Pacheco Pailahual.

Comunidad de Historia Mapuche. Wajmapu. Madrid.