AccueilNouvellesLa Juridiction spéciale pour la paix demande à EPM des informations concernant les personnes disparues dans la zone d’influence d’Hidroituango en Colombie

La Juridiction spéciale pour la paix demande à EPM des informations concernant les personnes disparues dans la zone d’influence d’Hidroituango en Colombie

Par Ricardo Monsalve Gaviria et Olga Patricia Rendón

La Juridiction spéciale pour la paix (JEP) a officiellement lié Empresas Públicas de Medellín (EPM) au processus en cours concernant les personnes portées disparues dans le cadre du conflit armé dans la zone d’influence du projet Hidroituango.

Dans une décision, la JEP accorde à l’entreprise EPM un délai de 10 jours pour qu’elle présente des informations détaillées sur la documentation et les informations qui supportent « qu’aucun des corps enterrés dans les cimetières des villes d’Orobajo (Sabanalarga), Barbacoas (Peque) et La Fortuna (Buriticá) n’avait aucun lien avec le conflit armé. C’est-à-dire que tous les corps qui y sont enterrés correspondent à des personnes dûment identifiées et sur lesquelles, par conséquent, la documentation respective existait ».

La JEP a assuré qu’EPM, malgré la documentation envoyée jusqu’à présent, « n’a pas fourni les informations relatives aux activités de recherche, de prospection et d’exhumation effectuées, à l’occasion du contrat entre l’Université d’Antioquia, la société Integral et EPM en particulier, il n’a pas communiqué les bases de données correspondantes ».

Parmi les autres décisions rendues par la JEP, il a également été décidé de lier Integral S.A au même processus judiciaire. Son représentant légal disposera également d’un délai de 10 jours pour présenter des informations détaillées sur « tous et chacun des lieux formels et informels où il est présumé que se trouvent les personnes soupçonnées de disparaître à l’occasion du conflit armé interne, situées à la juridiction géographique du projet, notamment en aval ».

Dans la décision, EPM est tenue de se conformer, au plus tard cinq jours, à ce qui est ordonné par la juridiction spéciale de paix (JEP) lors d’une audience publique sur cette affaire les 8 et 9 octobre à Medellín, sur les informations relatives à la récupération des corps et aux exhumations effectuées dans le cadre du développement des contrats conclus par cette société avec l’Université d’Antioquia et Integral SA.

Dans le document, la JEP fait également des demandes au Bureau du procureur général de la nation et à l’Autorité nationale des licences environnementales, afin qu’ils soumettent également les informations requises par les enquêtes en cours.

EPM a répondu par une déclaration dans laquelle elle a indiqué avoir reçu l’ordonnance de la JEP et déclaré: « conformément aux décisions judiciaires, elle partagera la documentation requise dans le délai indiqué dans la demande ».

Source : Elcolombiano.com

Photo : OTO JUAN ANTONIO SÁNCHEZ