AccueilNouvellesLa Commission chilienne des droits humains dépose une plainte contre le président Piñera pour un adolescent jeté dans le fleuve Mapocho

La Commission chilienne des droits humains dépose une plainte contre le président Piñera pour un adolescent jeté dans le fleuve Mapocho

En outre, le procès est dirigé contre le ministre de l’intérieur Victor Perez et le directeur général des carabiniers, Mario Rozas.

La Commission chilienne des droits humains  a déposé une plainte contre le président Sebastián Piñera, le ministre de l’intérieur Víctor Pérez et le directeur général des carabineros, Mario Rozas, pour le cas du jeune homme jeté par un carabinero dans le fleuve Mapocho ce vendredi.

L’adolescent, nommé Anthony Araya, a été jeté du pont Pio Nono alors qu’il exerçait son droit de manifester.

« Qu’en vertu des dispositions des articles 111, paragraphe 2, 112, 113 et 172 du Code de procédure pénale, nous avons déposé une plainte pour le crime de tentative de meurtre décrit et puni à l’article 391 n° 2 du Code pénal et aux articles 1, 4, 5, 35 et 37 de la loi 20357 en la personne de l’adolescent A.A, 16 ans, contre Miguel Juan Sebastián Piñera Echenique, carte d’identité nationale n° 5 126 663-3, président de la République du Chili, domicilié rue Moneda, Santiago, région métropolitaine ; Víctor Claudio José Pérez Varela, carte d’identité nationale n° 7 224 810-4, ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, domicilié rue Moneda, Santiago, région métropolitaine ; Mario Alberto Rozas Córdova, carte d’identité n° 10. 943.125-7, chilien, directeur général des Carabineros du Chili, domicilié Avenida Bernardo O’Higgins 1196, Santiago, région métropolitaine ; et contre tous ceux qui pourraient être responsables, que ce soit en tant qu’auteurs ou complices, que ce soit en commission active ou par omission », lit-on dans le document soumis aux tribunaux.

« Le 2 octobre 2020, alors qu’une manifestation se déroulait dans les environs de la Plaza Dignidad (Plaza Baquedano), entre 19 et 20 heures, des fonctionnaires carabineros ont commencé la répression contre les manifestants ; à ce moment, un groupe de jeunes s’échappaient  par le pont de Pio Nono vers le nord, dont le jeune AA de 16 ans, qui a été poussé par un responsable des Carabineros du Chili avec une telle force vers la rambarde du pont et avec l’intention manifeste de le faire tomber dans le fleuve Mapocho, lui causant de graves blessures », poursuit-il.

Dans ce contexte, la Commission dénonce que les carabineros ont manqué à leur devoir d’assistance, tel qu’indiqué à l’article 83 du code de procédure pénale.

« Comme on peut le voir dans les nombreuses vidéos qui ont été diffusées, plusieurs volontaires sont venus à la rescousse et ont apporté les premiers secours. Il est important de souligner qu’aucun fonctionnaire des Carabineros du Chili qui se trouvaient dans la région n’est allé aider, ils sont simplement restés sur le pont en observant le corps inconscient sur la rive. Une fois de plus, et dans le cadre d’une pratique désormais courante, les agents en uniforme ont manqué à leur devoir d’assistance, comme le stipule l’article 83 du code de procédure pénale ».

Le carabinier, qui a été identifié comme l’auteur présumé, a été arrêté samedi par l’IDP pour tentative de meurtre.

Source: diarioUchile