AccueilCommuniquéCommuniqué de la Plateforme des Mouvements Sociaux du Honduras

Communiqué de la Plateforme des Mouvements Sociaux du Honduras

Source: Movimiento Mesoamericano contra el Modelo extractivo Minero-M4

 
Devant la récession mondiale ayant provoqué la chute des prix des matières premières provenant de l’industrie minière et face au désastre écologique provoqué par les entreprises minières au niveau national, nous, les organisations faisant partie de la Plateforme de Mouvements Sociaux et Populaire au Honduras (PMSPH – Plataforma de Movimientos Sociales y Populares en Honduras), exigeons la fin des concessions minières, le dédommagement immédiat des dommages directs et collatéraux faits aux communautés et justice face à l’assassinat de dirigeants autochtones,afrodescendants et communautaires commis par des tueurs à gage, des policiers ou des militaires au service des entreprises minières.

Nous condamnons l’attitude de “fausses victimes” adoptée par plusieurs entreprises minières lors des dernières semaines, alléguant des pertes irréparables, demandant même à l’État qu’il les dispense de payer les services publics et qu’il les exonère des impôts parasites qu’elles paient aux municipalités. Ce sont de fausses et perverses solutions auxquelles le président a pourtant répondu avec une extrême bénévolence et qu’il a accueilli bien plus promptement que celles des communautés affectées par l’exploitation minières, qu’il a plutôt accusé de s’opposer au développement. Nous dénonçons cette effronterie de la part des autorités gouvernementales et des entreprises minières, qui n’est rien de plus qu’une nouvelle attaque à la fragile économie nationale.

Nous, depuis la PMSPH, considérons que le moment est venu pour que l’État du Honduras déclare nulles toutes les concessions minières, car ce sont de mauvais investissements qui lacèrent les intérêts économiques de la nation hondurienne, en plus d’être écologiquement dévastatrices justement au moment où nous devons nous préparer à affronter les changements climatiques ainsi que socialement injustes puisqu’elles condamnent les communautés à la mort et la dépossession.

Plus de tragédies environnementales comme celles vécues dans les mines de San Andrés; plus de contaminations, de dépossessions et de ruine économique comme pour les habitants des environs de la mine El Venado entre Olancho et Colón; plus de jeunes pratiquant l’extraction minière artisanale torturés par des militaires comme à El Corpus et plus d’autochtones assassinés par des tueurs à gage au service comme ceux du peuple Tolupán.pour les mines d’Antimonio.

Rectification honorable avec dédommagement des dommages provoqués, justice avec châtiment pour les fonctionnaires et industriels responsables des délits environnementaux, et paix et développement pour les communautés, villages et hameaux du Honduras.

San Pedro Sula, 25 février 2016

Plateforme des Mouvements Sociaux du Honduras