AccueilNouvellesBrésil: La justice exige le retrait des prospecteurs des terres autochtones Yanomami

Brésil: La justice exige le retrait des prospecteurs des terres autochtones Yanomami

17 mars 2021 – Amazônia Real

Le gouvernement brésilien devra payer une amende d’un million de R$ s’il ne se met pas en conformité.

Le gouvernement fédéral, l’Agence fédérale des affaires indigènes (FUNAI), l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (Ibama) et l’Institut Chico Mendes pour la conservation de la biodiversité (ICMBio) auront dix jours à compter de mercredi 17 mars pour commencer à retirer tous les prospecteurs de la terre autochtone Yanomami, sous peine d’une amende journalière d’un million de R$. Envahie par des milliers de prospecteurs illégaux, la décision, qui fait suite à une demande du ministère public fédéral, émane de la Cour fédérale de l’Etat de Roraima, qui a déterminé le mardi 16 mars que le gouvernement fédéral, dans un délai de dix jours, devrait présenter un calendrier pour le retrait des envahisseurs du territoire.

Selon la décision, rendue par le juge fédéral Felipe Bouzada Flores Viana, il existe un risque de génocide autochtone si rien n’est fait. « Aujourd’hui, la population des mineurs non-autochtones dépasse presque celle des autochtones ; si rien n’est fait maintenant, et compte tenu des nouvelles fréquentes sur l’abondance de l’or dans la région, il y a un risque non négligeable qu’une autre ‘Serra Pelada’ soit créée dans la région, avec des caractéristiques encore plus inquiétantes”.

La décision en faveur des peuples autochtones est le résultat d’une importante mobilisation du leader Davi Kopenawa Yanomami et de l’Association Hutukara Yanomami (HAY), ainsi que des organisations de la société civile, qui dénoncent depuis 2019 l’omission du gouvernement de Jair Bolsonaro dans le renvoi des mineurs en activité illégale dans la région, notamment en période de transmission du nouveau coronavirus.

L’exploitation minière illégale sur le territoire dépasse toutefois cette période.

Elle dure depuis les années 1990 et s’est aggravée à partir des années 2000, avec des pics de recrudescence et s’est intensifiée il y a trois ans.

Le gouvernement Bolsonaro n’a pas commenté la décision de la Cour fédérale, qui peut faire l’objet d’un appel.

En juillet 2020, le ministère public fédéral a obtenu une injonction qui déterminait que le gouvernement fédéral devait prévoir le renvoi des mineurs de la région afin de lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus chez les autochtones.

Par la même occasion, le juge Jirair Aram Meguerian, du Tribunal Fédéral Régional de la 1ère région (TRF-1), a donné 15 jours au gouvernement fédéral pour élaborer un plan d’urgence incluant le retrait des mineurs.

L’année dernière également, le vice-président Hamilton Mourão a reçu à Brasilia le leader autochtone Dário Yanomami, fils de Davi Kopenawa, et a promis l’expulsion des 20 000 prospecteurs opérant illégalement dans la région, ce qui ne s’est pas produit.

L’armée brésilienne a mené des opérations, mais les garimpeiros (mineurs illégaux) continuent d’être actifs dans la zone. Avec l’arrivée de la pandémie, la circulation des garimpeiros sur le territoire a élargi la contamination par le coronavirus. En 2020, la première personne autochtone tuée par la Covid-19 dans l’Etat de Roraima était un jeune Yanomami.

Actuellement, la population Yanomami au Brésil est estimée à plus de 26 700 autochtones, selon le Secrétariat Spécial de Santé Indigène (SESAI). La communauté est également confrontée à une forte transmission du paludisme. La seule façon de contenir la pandémie est de créer des barrières sanitaires autour du territoire qui se trouve à la frontière entre les États de Roraima et d’Amazonas et la frontière avec le Venezuela.

Dans son nouvel avis, la Cour fédérale de l’État de Roraima affirme que des mesures doivent être prises pour contenir la « mortalité  » du peuple Yanomami et a classé la « situation de risque inexorable » avec la lenteur des actions de lutte contre les crimes socio-environnementaux par le gouvernement fédéral et les agences fédérales. « Le fonctionnement de la base de protection ethno-environnementale dont la réouverture était prévue dans les zones adjacentes à sa région a été reporté consécutivement« .

Selon la note publiée par le Ministère public fédéral brésilien, la nouvelle de la mort d’enfants Yanomami dû à la Covid-19 et d’autres décès autochtones causés par l’exploitation minière illégale ont également été rappelés par le juge qui a évalué que « si dès le début du procès les mesures déterminées par le TRF-1 avaient été non seulement bien élaborées mais aussi mises en œuvre, il est possible que ces dix enfants, sans parler des autres autochtones tué.e.s, n’auraient pas perdu la vie d’une manière aussi vile et inutile ».

La décision indique également qu’à ce jour, aucune mesure concrète n’a été prise pour protéger les peuples autochtones contre l’expansion croissante de l’exploitation minière. « Il n’y a pas de preuve d’actes concrets pour une surveillance territoriale efficace du territoire Yanomami, en luttant contre les contrevenants environnementaux illicites, en particulier les mineurs, dans le contexte de la pandémie de Covid-19« , indique l’avis du juge fédéral Felipe Bouzada Flores Viana.

Le Tribunal suprême fédéral suspend la décision du gouverneur

Le différend territorial concernant l’expansion de l’exploitation minière dans le Roraima est ancien. Rien que cette année, la Cour fédérale a déjà dû mettre un terme à une tentative d’action arbitraire du gouvernement de l’État pour encourager, de manière voilée, l’exploitation minière dans la région. D’une part, la justice a décidé de suspendre la libération des mines avec des permis « sans consultation préalable« , comme le défend le gouvernement du Roraima. D’autre part, on sait que 95 % des sites miniers de l’État continuent de se trouver illégalement dans les territoires autochtones, avec peu ou pas de supervision et sous la pression d’un gouverneur qui ne cache pas qu’il veut « légaliser » l’activité.

Le 19 février 2021, la Tribunal suprême fédéral (STF), par l’intermédiaire du juge Alexandre de Moraes, a ordonné la suspension de la loi 1.453/2021 de l’État de Roraima qui autorisait l’exploitation minière sans étude préalable dans les zones de concentration minérale, notamment d’or. Proposé par le gouverneur Antonio Denarium , le projet a été approuvé début janvier 2020. Parmi les 20 législateurs de l’État, seuls Evangelista Siqueira (PT) et Lenir Rodrigues (Citoyenneté) ont voté contre cette folie minière.

Le projet de l’État n’a pas pris en compte la nécessité de mesurer les éventuels impacts environnementaux liés à l’utilisation du mercure, ni les impacts socio-environnementaux sur les communautés autochtones. « Aujourd’hui, tout l’or produit dans l’État de Roraima sort clandestinement et avec une exploitation minière régularisée, la commercialisation de ce minerai peut se faire ici avec l’émission de factures« , a justifié Antônio Denarium, lors de l’approbation de la loi, dans un texte publié sur le site de l’Assemblée législative de Roraima.

Il n’y avait pas d’autre choix que de mener une action directe d’inconstitutionnalité. Cette action était menée par la députée autochtone Joênia Wapichana (Rede Sustentabilidade) et a reçu un grand soutien de la part de la société civile organisée, du Conseil indigène de Roraima et de 39 autres institutions.

La députée fédérale a déclaré à Amazônia Real que la suspension de la loi représente la garantie des droits constitutionnels, en particulier ceux liés au droit collectif. « Nous savons qu’il existe une forte pression pour que la question de l’exploitation minière se fasse d’une manière qui piétine toutes les avancées des lois environnementales. Cette situation ne concerne pas seulement les autochtones, mais aussi les non-autochtones« , a déclaré Joênia Wapichana.

Dans une déclaration, le gouvernement du Roraima, par l’intermédiaire du bureau du procureur général de l’État, a indiqué qu’il ne commenterait pas le veto, car il n’a pas encore été « officiellement informé de la décision d’injonction ». Parmi les prochaines actions, on s’attend à ce que le Tribunal suprême fédéral (STF) convoque le gouvernement de l’État pour présenter sa défense.

Source: Amazônia Real

Source photo: Amazônia Real