AccueilNouvelles« Aujourd’hui, la résistance ne fait que commencer »: les mouvements sociaux au Brésil face à la destitution de Roussef

« Aujourd’hui, la résistance ne fait que commencer »: les mouvements sociaux au Brésil face à la destitution de Roussef

Foto: Tuane Fernandes / Mídia NINJA

Des milliers de personnes à Rio de Janeiro et dans d’autres villes du Brésil sortent à la rue contre le coup d’état qui a mis Michel Temer sur le siège présidentiel

 

Les mouvements du Front Brésil Populaire (Frente Brasil Popular) se manifestent contre le coup

 

 

À travers un lettre ouverte, les mouvements qui intègrent le Front Brésil Populaire ont exprimé leur rejet de la décision du Sénat de destituer Dilma Roussef, la présidente élue: Aujourd’hui, la résistance ne fait que commencer. Dans les rues et dans les institutions. Dans les locaux d’études, au travail et dans les domiciles et avant ce qu’ils s’imaginent, le peuple brésilien sera capable de rejeter leurs plans et reprendra le chemin des grands changements », manifestent les mouvements dans la lettre.

« La majorité des sénateurs brésiliens se sont agenouillés face à la fraude et au mensonge, ils ont approuvé un coup parlementaire contre la Constitution, la souveraineté et la classe ouvrière.

Les putschistes veulent, entre autres mesures, réduire les investissement dans la santé, l’éducation et le logement, en éliminant les droits du travail, en finir avec la correspondance entre la retraite de base et le salaire minimum, enterrer la réforme agraire et vider les programmes sociaux, signale dans leur lettre le Front Brésil populaire.

Texte complet en espagnol