AccueilCommuniquéLa revendication féministe des peuples autochtones

La revendication féministe des peuples autochtones

por PAULA PEÑACOBA

Yayo Herrero, directrice de FUHEM et activiste des Écologistes en Action, Lolita Chávez, dirigeante féministe communautaire du peuple Maya K’iché, et Marusia López, de l’Initiative Mésoaméricaine des Femmes Défenseurs des Droits Humains, réfléchissent sur l’intégration des revendications féministes dans la lutte pour les droits éco-territoriaux des peuples autochtones.

Au cœur des mouvements éco-territoriaux et des autochtones, il y a des femmes qui non seulement luttent pour protéger leurs moyens de subsistance, mais qui sont obligées de défendre leur propre corps contre un monde qui les utilise comme champ de bataille. Ce sont des femmes qui, selon les mots de Yayo Herrero, directrice de FUHEM, «voient que les processus de défense de la terre sont directement liés à des vies qui valent la peine d’être vécues» et pour lesquelles cette défense de la vie est indivisible de la revendication de la souveraineté sur son propre corps.

«Où est la paix , si même dans mon lit je ne peux pas être en paix?» c’est comme ça que Lolita Chávez dirigeante féministe communautaire de la ville de maya guatémaltèque de K’iché résume sa lutte quotidienne. Elle a partagé ses propos avec l’activiste écologiste Yayo Herrero et le membre de l’Initiative mésoaméricaine des femmes défenseurs des droits de l’homme Marusia López dans le débat sur l’approche féministe de la défense du territoire et des corps de femmes dans des contextes de conflit social, lors du Séminaire international sur la criminalisation des droits de l’homme en Amérique latine et l’Europe, au centre culturel La Corrala.

Lolita dénonce que la violence machiste n’est pas exclusive dans les sociétés occidentales, mais qu’elle est également présente dans les peuples autochtones. Le patriarcat persiste également dans les mouvements de défense de ces peuples, où les femmes féministes sont parfois considérées comme des traîtres à la cause indigène, comme l’explique la dirigeante guatémaltèque. (…),proteste Lolita. « Où est la loyauté? », Demande-t-elle.

Loin de se consacrer uniquement à cette lutte collective, ces femmes ont dû assumer, souvent seules, les soins des personnes autour d’elles. La tâche quotidienne de «soutenir la vie» qui, «dans un système qui l’attaque structurellement», est, aux yeux de Yayo Herrero, «un état extrêmement violent».

Criminalisation différenciée

« La criminalisation des défenseurs de la terre est éminent et quand elles sont des femmes, elle se fait autrement : elles sont appelées féminazis, elles sont insultés avec toutes sortes de qualificatifs qui tombent en quelque sorte dans tous les stéréotypes de ce que l’image est d’une femme autonome dans un monde qui dévalue cette force « , explique l’activiste des Écologistes à l’action Yayo Herrero. Lolita Chávez accepte également de parler d’une «criminalisation différenciée»: «Ils m’appellent bochinchera, guérilla, patarajada, sorcière, prostituée, machorra», admet-elle.

La défense des droits des peuples autochtones implique le déni du modèle économique hégémonique, qui cherche à exploiter les ressources naturelles des territoires qu’ils occupent pour garantir leur croissance. Souvent, leurs revendications se heurtent de front aux intérêts des puissances économiques dominantes, faisant de leurs militants l’objet d’attaques constantes. Dans le cas des femmes, cette répression s’accompagne d’autres formes de violence structurelle, liées à «la conception patriarcale de leur corps comme espace de propriété», approfondit Yayo.

La voix de Lolita Chávez illustre ce phénomène plus clairement: « Cette année, environ 600 femmes sont assassinées au Guatemala. Des enfants naissent chaque jour. (…)Que se passe-t-il dans nos vies? Que se passe-t-il avec notre expression? », interpelle t-elle.

«Libérer notre corps, c’est analyser les pouvoirs qui agissent sur eux», dit Lolita, la responsabilité du féminisme communautaire est de déconstruire tous les types de savoir pour s’assurer qu’il n’y a aucun élément qui perpétue la violence contre les femmes, de la philosophie même la sexualité «Je ne connaissais pas le clitoris et j’étais allé à l’université, connaître le clitoris est stratégiquement politique pour nous», dit-elle.