AccueilArticle« La vérité est qu’il n’y a pas de vérité » : des mères et des pères en lutte pour leurs 43 enfants

« La vérité est qu’il n’y a pas de vérité » : des mères et des pères en lutte pour leurs 43 enfants

Des organisations sociales et collectives se joignent à la lutte sociale des parents pour la présentation en vie des 43 étudiants d’Ayotzinapa qui ont disparus.

Lors de la réunion provisoire de l’Assemblée populaire nationale, Blanca Nava, mère de Jorge Álvarez Nava, un étudiant disparu en 2014, a souligné que le gouvernement « s’est beaucoup moqué de nous, mères et pères. Nous allons continuer et nous n’allons pas croire que nos enfants sont déjà morts. S’ils ne me donnent pas la preuve de mon fils, comment vais-je rester avec cette vérité… La vérité est qu’il n’y a pas de vérité ».

Les mères se sont toujours demandées où sont leurs enfants, ce qui leur est arrivé et où elles les ont laissés. « En tant que mère, j’attends toujours mon fils, je ne perds pas la foi et j’espère qu’il sera la dernière chose que je perdrai », a déclaré Blanca Nava.

Tout au plus ont-ils pu faire des recherches où ils ont trouvé un millier de restes de squelettes de 4 à 5 centimètres. Des arrestations ont également été effectuées, avec des irrégularités. Les dernières arrestations ont été celles de Jesús Murillo Karam et de trois militaires, dont le colonel José Rodríguez Pérez. Cependant, on ne sait rien de l’endroit où se trouvent les 43 étudiants.

Vidulfo Rosales Sierra, avocat des mères et des pères des 43 étudiants, a noté les préoccupations des derniers développements dans l’affaire Ayotzinapa. D’abord, les parents constatent qu’il y a un retard injustifié dans l’exécution des 20 mandats d’arrêt contre les soldats, mais c’est le jour où ils n’ont pas été exécutés. Mercredi 14 septembre dernier, seuls trois soldats ont été arrêtés sans que l’on sache les raisons de ce qui est arrivé aux autres. Ce que nous voyons, c’est que les mandats d’arrêt soient diffusés.

Deuxièmement, il y a un « délai après le discours du secrétaire de la Défense nationale dans l’arrestation des militaires. Le président du Mexique donne une tribune aux forces armées et, à partir de là, ils interrogent les mères et les pères parce qu’ils sont censés générer une série d’actions dans le but de discréditer une institution militaire ». Ces déclarations sont extrêmement dangereuses.

Cette position dure du secrétaire d’État est inquiétante, car elle envoie un message direct selon lequel il ne faut pas toucher à 17 autres militaires faisant l’objet d’un mandat d’arrêt. Il existe une crainte justifiée que l’armée resserre son emprise sur l’exécutif. Après l’exécution de certains mandats d’arrêt, le secrétaire a prononcé un discours dans lequel il a déclaré « qu’il existe des intérêts pervers qui veulent créer une méfiance à l’égard des forces armées parce que nous disons qu’elles sont des assassins, qu’elles infiltrent les mouvements sociaux de manière infondée et qu’elles doivent répondre de graves violations des droits de l’homme ». En bref, l’armée veut couvrir 20 de ses éléments.

Troisièmement, « la commentocratie, ceux qui écrivent pour les oligarchies et un régime militariste, affirment que le sous-secrétaire aux droits de l’homme et le procureur de l’affaire Ayotzinapa, Alejandro Encinas et Omar Gómez Trejo, créent des accusations sans fondement contre une pauvre armée qui porte le Mexique sur ses épaules », affirme Vidulfo Rosales.

Les mères et les pères considèrent qu’il existe une atmosphère raréfiée qui tente de tisser un écran de fumée. Ils minimisent les arrestations, comme celle du général qui est en prison pour avoir violé les droits de l’homme au Mexique. La vérité est que les mandats d’arrêt que le gouvernement a lui-même annoncés ne sont pas exécutés. En outre, les juges disculpent les responsables et les caciques de Guerrero tentent de diviser les parents.

Les organisations sociales ont exprimé leur solidarité avec les mères et les pères, ainsi que leur soutien à Vidulfo Rosales et ont manifesté contre les attaques médiatiques de la classe politique et de l’armée, qui sont indifférentes à la douleur des mères et qui, au contraire, tentent de cacher la vérité.

Les mères et les pères exigent la prison pour tous les militaires, du soldat au général, qui ont participé à la disparition des 43 étudiants. Le général Cienfuegos ne fait pas l’objet d’une enquête, mais il n’ignorait pas ce qui se passait. Il est impensable qu’il n’ait pas su que l’école normale était infiltrée et qu’on surveillait les jeunes depuis leur départ jusqu’à leur arrivée à Iguala le 26 septembre 2014, et que ses éléments participaient directement à l’agression. C’est pourquoi il doit faire face à la justice.

Vidulfo Rosales parle en ces termes : « Nous refusons de regarder le Mexique profond et imaginaire avec ses contradictions, plein d’exclusion, d’inégalités et de plus de 100 000 disparus. Ce qui arrive aux disparus. Nous nous trouvons dans une bulle où les jeunes sont en pleine rêverie à cause du récit d’une idéologie néolibérale. Ainsi, le discours du gouvernement finit par criminaliser la protestation sociale ».

La débâcle de la démocratie au Mexique s’aggrave avec une crise des droits humains. On pensait que tout allait changer avec le gouvernement de la quatrième transformation. Cependant, les images de terreur, d’impunité et de corruption continuent. On parle de la liberté d’expression, mais les protestations sont criminalisées, même lorsqu’il s’agit de lutter pour la vérité et la justice.

Article publié le 17 septembre 2022 dans Tlachinollan