Rassemblement contre le recul des droits et libertés au Mexique

AccueilRassemblement contre le recul des droits et libertés au Mexique
Décembre 15, 20173:00 pm
Décembre 15, 20174:30 pm

Unissons notre voix à celle de plusieurs organismes et syndicats mexicains et internationaux pour dénoncer l’atteinte aux droits humains que représenterait l’adoption de la Loi sur la sécurité intérieure et la Réforme sur le travail.

La loi sur la sécurité intérieure, adoptée par une majorité de députés la semaine dernière, a été débattue mercredi, 13 décembre au Sénat et la réforme sur le travail sera présentée au Congrès et possiblement approuvée, ce vendredi.

À l’heure actuelle, tout porte à croire que la stratégie de militarisation implantée par le gouvernement mexicain depuis 2006 est loin d’améliorer la situation des droits humains et a mené à une recrudescence de la violence au pays, avec 120 000 morts et plus de 31 000 disparus en dix ans. Par ailleurs, il existe une documentation abondante de cas de torture, de détentions arbitraires, de disparitions forcées et d’exécutions extrajudiciaires perpétrées par des militaires mexicains depuis le début de cette stratégie. Le taux de violation des droits humains a également atteint des niveaux sans précédent : entre 2006 et 2014, il y a eu plus de 1 273 plaintes pour des actes de torture commis par des militaires.

La stratégie de « guerre » du gouvernement mexicain est hautement préoccupante et normalise l’état d’urgence ainsi que les actions des forces militaires en matière de sécurité publique. Plusieurs dispositions du projet de Loi sur la Sécurité intérieure contreviennent directement à la Constitution politique de l’État mexicain.

De plus, la Réforme du travail qui sera présentée au Congrès et qui risque d’être adoptée représente l’atteinte la plus grave des cent dernières années aux droits des travailleurs et travailleuses au Mexique. Elle prétend faire en sorte que les conditions de travail ne dépendent plus de la réalité et de la nature du travail mais bien d’ententes discrétionnaires entre sous-traitants et patrons, qui feraient en sorte que ces derniers se débarrassent de toute responsabilité en matière de travail. Elle porte une atteinte grave à la sécurité d’emploi en laissant les mains libres à la partie patronale, qui pourrait à tout moment renvoyer un travailleur sans désormais avoir l’obligation d’aviser par écrit du renvoi et de fournir un justificatif.

Soyons présent-e-s pour dénoncer ce recul majeur en matière de droits humains et droit du travail!

Bravons le froid et habillons-nous bien pour crier notre solidarité avec le peuple mexicain!

Événement Facebook:

https://facebook.com/events/176160812970460/