Mobilisation contre un barrage en Colombie

AccueilMobilisation contre un barrage en Colombie

L’association des personnes touchées par la construction du Projet Hydroélectrique El Quimbo (ASOQUIMBO), lors de l’assemblée du 24 avril, à Rioloro Gigante, avec la présence des représentants des rues et des centres peuplés des municipalités d’Agrado, Gigante et de Garzon, a décidé de convoquer tous les habitants du Département de Huila à participer aux mobilisations du 14 mai 2010. Cette mobilisation sera organisée de la manière suivante :

Regroupement à la Municipalité de Gigante de toutes les délégations participantes, à partir de 8 h du matin. Déplacement jusqu’au village de Rioloro (Gigante), à partir de 9 h. Dîner collectif à Rioloro et débat sur les impacts et alternatives au Projet Hydroélectrique El Quimbo, en après-midi.

Marche, en partant de l’Universidad Surcolombiana, à 9h30, jusqu’au Centro de Convenciones José Eustasio Rivera, où se réaliseront des actions symboliques de protestation.

Les objectifs des mobilisations civiles sont :

1) Défendre le territoire, la biodiversité et les communautés, et encourager la création d’une réserve agroalimentaire subventionnée par l’État dans la zone de El Quimbo.

2) Demander l’indemnisation des victimes et les dédommagements pour les droits bafoués par la Résolution 321, qui a déclaré la zone « d’utilité publique » au profit de l’Empresa Generadora de Energía S.A. (EMGESA).

3) Contester le Manual de Precios Unitarios du Projet Hydroélectrique El Quimbo, approuvé par le Ministère des Mines, par la résolution No. 180420 de 2010, qui favorise les négociations de EMGESA avec le gouvernement et désavantage les propriétaires.

4) Refuser le commencement des œuvres pour EMGESA, étant donné les graves conséquences économiques, sociales et environnementales pour les communautés et la région, et les modifications catastrophiques de la licence d’environnement.

Nous attendons la visite des autorités et des organismes de contrôle et d’État, des organismes de défense de peuples, des autorités municipales, de la Croix-Rouge, du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) de la région de Huila et des organismes de droits humains. Tout ceci devra être garant du droit constitutionnel à l’organisation et mobilisation sociales du 14 mai.
Appui :
Central Unitaria de Trabajadores (CUT);
Plataforma Sur de Organizaciones Sociales Fundación Curíbano;
Amasijo Yuma;
Asociación de Cacaoteros de Gigante (ASOCAGIGANTE);
Federación Nacional de Estudiantes Universitarios;
Asociación Colombiana de Estudiantes Universitarios;
Asociación Sindical Campesina Primavera;
Casa de la Memoria;
Asociación de Institutores Huilenses et;
Asociación Sindical de Profesores Universitarios (ASPU)