L’industrie des mines à ciel ouvert pointée du doigt Une marche à l’occasion de la Journée internationale d’action contre les mines à ciel ouvert

AccueilL’industrie des mines à ciel ouvert pointée du doigt Une marche à l’occasion de la Journée internationale d’action contre les mines à ciel ouvert

L’industrie des mines à ciel ouvert pointée du doigt
Une marche à l’occasion de la Journée internationale d’action contre les mines à ciel ouvert

MONTRÉAL, le 20 juillet 2010. – A l’occasion de la 2e Journée internationale d’action contre les mines à ciel ouvert, une marche faisant la tournée de certains consulats d’Amérique latine au centre-ville est planifiée le jeudi 22 juillet 2010 à partir de 11h30, culminant devant les bureaux de la Bourse de Toronto (TSX) à Montréal vers 13h.
Depuis ces dernières années, plusieurs cas de violations de droits humains et d’atteintes graves à l’environnement liés à des activités d’entreprises canadiennes de mines à ciel ouvert ont retenti dans les médias.

Du fait que près de 60% des sociétés minières du monde sont canadiennes, cette mobilisation vise à rappeler le rôle du Canada et les liens étroits qu’il entretient à travers les subventions, l’appui consulaire et diplomatique, les investissements du Régime de pensions du Canada, les avantages fiscaux, etc., avec cette industrie lourdement entachée de scandales.
Devant chaque édifice des représentations consulaires seront dessinées sur le sol, à la craie, des silhouettes humaines dont la tête sera en partie couverte par une feuille d’érable en faux sang afin de représenter les communautés détruites et les personnes menacées, agressées et assassinées pour le simple fait d’avoir opposé un projet minier. Les noms des victimes et des communautés affectées par les mines à ciel ouvert seront écrits à l’intérieur des silhouettes pour dénoncer et condamner la violation des droits humains en lien avec cette industrie.

Pour exemplifier le lien entre violation de droits humains et entreprise minière canadienne, le cas d’Enrique Rivera Sierra est patent. Citoyen mexicain et avocat-représentant d’un groupe luttant contre un projet minier à ciel ouvert de la compagnie canadienne New Gold Inc. à Cerro de San Pedro, San Luis Potosí au Mexique, Rivera a demandé l’asile au Canada le 24 mai 2007 suite à une agression physique qui l’a fait craindre pour sa vie. L’agression perpétrée contre Rivera était directement en lien avec sa position en tant que porte-parole du groupe militant contre le projet minier (FAO – Front élargi d’opposition). Presque trois ans après sa demande, un commissaire de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR) a déclaré que M. Rivera était accepté au Canada en tant que réfugié. Rivera participera activement à cette journée et prendra parole devant le consulat mexicain.

2e Journée internationale d’action contre les mines à ciel ouvert
Rassemblement à 11h30, le jeudi 22 juillet 2010
Devant le consulat du Pérou (550, rue Sherbrooke Ouest, à l’angle d’Union)

La marche et les actions auront lieu devant les consulats du Pérou, du Chili, de la Colombie, du Mexique, du El Salvador, de l’Équateur, du Venezuela, de l’Argentine et du Guatemala entre 11h30 et 13h.

Fin de la marche vers 13h devant les bureaux du TSX (800, Square Victoria).

La journée se terminera par un « 7 à 9 » au Bar Populaire (6584, rue Saint-Laurent; Métro Beaubien) avec la participation de Clifton Arihwakehte, de la communauté Mohawk de Kanesatake et la projection du documentaire « Transmitir la resistencia » (Argentine, 2010; original en espagnol, sous-titres en anglais) et une discussion avec son réalisateur.

Source : Leslie Ning mines@cdhal.org 514.387.5550