InicioComunicadoDes Latino-américains viennent au Québec parler des ravages des barrages hydroélectriques

Des Latino-américains viennent au Québec parler des ravages des barrages hydroélectriques

Texto solamente disponible en francés

Deux délégués mexicains et une femme brésilienne de mouvements de résistance participeront à une tournée de sensibilisation dans les villes de Montréal, Ottawa, Gatineau, Québec, Wendake, Kahnawake,  Betsiamites et Sept-îles.

MONTRÉAL, le 5 février 2010 – Le Comité pour les droits humains en Amérique latine organise la 5e édition de la Caravane solidaire « des barrages qui ne font pas l’unanimité »¸ laquelle consiste en une tournée au Québec en compagnie d’une délégation latino-américaine provenant de groupes de base dont les communautés sont affectées par des mégaprojets de développement. Les invitéEs témoigneront de leur expérience afin de réfléchir avec le public québécois et canadien à des pistes d’actions de solidarité avec les communautés affectées.

Les problèmes causés par les mégabarrages de différents pays de l’Amérique Latine ne sont pas des cas isolés. Depuis déjà plusieurs années, on assiste à une émergence de groupes opposés aux mégabarrages, mais surtout à un mouvement continental de résistance, qui représente des centaines de milliers de personnes affectées.

Abraham Rivera, du Centre de recherches économiques et politiques d’action communautaire (CIEPAC) participera à la Caravane solidaire. Il accompagne les communautés autochtones au Chiapas (Mexique) dans leur processus d’autonomie et de résistance. Le CIEPAC est une organisation non gouvernementale établie au Chiapas (Mexique) qui participe aux luttes globales continentales et accompagne les communautés autochtones locales, notamment sur les thèmes du genre, de l’énergie, des mines et, surtout, de leurs droits.

Déléguée par le Mouvement des personnes touchées par les barrages (MAB) au Brésil, Soniamara Maranho fait partie du secteur de formation du MAB et du collectif de femmes de  Via Campesina.

Eloy Cruz Gregorio, du Conseil des peuples unis pour la défense du Rio Verde (COPUDEVER), témoignera de la menace qui pèse sur son peuple, dont 17 000 personnes seraient déplacées par un mégabarrage au sud du Mexique.

Des activités de sensibilisation et conférences auront lieu tant dans des institutions d’enseignement (universités, cégeps et écoles secondaires) que dans des lieux publics (bibliothèques, cafés et organismes communautaires). Du 8 au 27 mars, les villes et communautés visitées seront Montréal, Québec, Wendake, Kahnawake, Betsiamites, Sept-îles, Ottawa, Gatineau.

– 30 –

Source :

Marie Dominik Langlois

Coordonnatrice

Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)

marie-do@cdhal.org

514 387 5550

Julie Sabourault

Chargée de projet – Campagne : des barrages hydroélectriques qui ne font pas l’unanimité
caravane@cdhal.org

514 387 5550