AccueilNouvellesDe nouvelles marées noires causées par une compagnie pétrolière canadienne en Amazonie péruvienne

De nouvelles marées noires causées par une compagnie pétrolière canadienne en Amazonie péruvienne

Au cours des dernières semaines, deux déversements de pétrole ont touché les territoires des communautés autochtones où se trouve l’endroit nommé Lote 192. L’un des déversements était dans la zone de la batterie Capahuari Norte, territoire de la communauté Titiyacu del Pastaza, et un autre dans la baie de Jibarito, en territoire de la communauté achuar d’Antioquía, qui a également touché la communauté achuar de la pampa hermosa. Les deux déversements relèvent de la responsabilité de la société canadienne Frontera Energy.

Le samedi 23 novembre dernier, le chef de la communauté d’Antioquia, Tomás Hualinga Maynas, a demandé de l’aide lorsqu’un déversement de pétrole s’est répandu sur la baie de Jibaro et a atteint la rivière Corrientes, dans le district de Trompeteros, dans la région de Loreto. De nouveau, le pétrole a traversé les eaux de cette rivière qui a si souvent été exposée au pétrole provenant des oléoducs du lote 192.

«Ce fut un grand déversement qui a touché deux communautés: Antioquia et Pampa Hermosa. Tout le pétrole est transporté le long des eaux des Corrientes, nous ne savons pas jusqu’où elle est allé », déclare Carlos Sandi, président de la Fédération des communautés autochtones du bassin de Corrientes (Feconacor), qui a reçu l’appel de Hualinga.

D’Antioquia, ils ont indiqué que plus d’un millier de personnes des deux communautés avaient demandé de l’eau et de la nourriture pour surmonter l’urgence, la population étant approvisionnée directement à partir de la rivière Corrientes.

Dans une déclaration, l’Agence d’évaluation et de contrôle de l’environnement (OEFA) a indiqué qu’elle avait mis en place une supervision dans la zone touchée afin de « déterminer les causes de l’urgence environnementale, la responsabilité des évènements et l’impact généré ».

L’OEFA a également indiqué qu’elle vérifiera la mise en œuvre du plan d’urgence par la société impliquant les actions de confinement et de nettoyage de la zone touchée.

Un groupe de contrôleurs environnementaux autochtones s’est rendu de Nuevo Andoas dans la région pour évaluer les dégâts causés par ce déversement, qui s’ajoute aux plus de 70 déversements survenus depuis 2015, lorsque Pacific Stratus Energy del Peru S.A. – La filial de Frontera Energy del Perú S.A.– a remporté la concession du plus grand lot de pétrole de production du pays.

Frontera Energy a également publié une déclaration informant des mesures prises après le déversement, à cause de l’usure et de la corrosion du pipeline. Une fois que l’événement s’est produit, des protocoles d’urgence ont été activés pour contenir la fuite et réparer les dommages causés. Les brigades ont réussi à contenir la fuite en installant une agrafe qui a scellé le pipeline », indique le document Border Energy.

L’histoire noire du lote 192

Le président de Feconacor, Carlos Sandi, regrette que des déversements continuent de se produire en raison de l’usure du pipeline. « Les tuyaux sont corrodés et cassés, causant de graves dommages au territoire, à l’environnement et surtout à l’eau. »

Sandi rappelle que ces 70 déversements correspondent uniquement aux quatre dernières années d’activité. « Si nous comptons sur les 15 ans de PlusPetrol et sur ceux de plus de 30 ans d’Occidental Petroleum Company, les sites touchés totalisent plus de 1 000. L’État n’assume pas sa responsabilité d’exiger que l’entreprise se conforme aux mesures d’assainissement », ajoute Sandi.

Au conséquences environnementales s’ajoute l’embarras survenu au cours du processus de consultation préalable mené en vue de la signature d’un nouveau contrat de concession par PetroPerú en mars 2020, date à laquelle le contrat conclu par la société canadienne prend fin. 

La société pétrolière d’État péruvienne a confié l’administration de ce lot à Frontera Energy en 2015, pour une période de deux ans, qui a été prolongée en raison de l’interruption des activités à plusieurs reprises. Pour le moment, la date prévue pour la compagnie pour quitter cette zone pétrolière est mars 2020.

En mai de cette année, le ministère de l’Énergie et des Mines a alloué 190 millions de soles à la remise en état des passifs environnementaux dans diverses régions du Pérou, et en particulier dans le lot 192, où 32 sites ont été identifiés comme prioritaires. 

« Il existe un mécontentement légitime des communautés autochtones, en particulier en ce qui concerne l’assainissement de l’environnement très tardif », a déclaré Alicia Abanto, députée chargée de l’environnement, des services publics et des populations autochtones du médiateur, qui a lancé un appel au dialogue. pour résoudre les conflits autour de ce puits de pétrole qui a plus de 40 ans d’opérations.

Pour plus d’informations sur le sujet