AccueilCommuniquéManifestation massive à Esquel contre l’industrie minière et pour l’initiative populaire

Manifestation massive à Esquel contre l’industrie minière et pour l’initiative populaire

 

Comme dans plusieurs villes de la province de Chubut, les habitants d’Esquel ont marché massivement pour résister à l’assaut des compagnies minières et aux fausses promesses des fonctionnaires nationaux, provinciaux et municipaux. Plus de deux mille personnes se sont mobilisées occupant trois rues, beaucoup d’entre eux portaient des T-shirts avec le slogan « de la cordillère à la Côte – NON À LA MINE » et des affiches rejetant la possibilité d’exploitation minière sur leur territoire. Le document lu lors du rassemblement a été très dur envers les fonctionnaires et a insisté sur l’approbation du projet de loi présenté par les habitants d’Esquel à travers l’Initiative populaire, afin d’interdire tous les types d’exploitation minière.

Source: EQS

Tout au long de la marche, les habitant-e-s ont manifesté avec des chants et des slogans contre l’implantation de l’exploitation minière à grande échelle dans la province. Avec enthousiasme et force, parents, enfants et voisins de toutes les générations et conditions sociales étaient accompagnés de Batucadas et de tambours.

L’assemblée des voisins auto-convoquée a lu un document dans lequel ils et elles ont demandé le traitement et l’approbation de l’Initiative populaire pour interdire l’exploitation minière et radioactive sous toutes ses formes, mentionnant l’attitude des anciens députés provinciaux Hector Trotta, Javier Cisneros et Elba Willhuber, qui à l’époque ont voté contre l’initiative et qui maintenant sont en faveur de cela. Voir le texte intégral plus bas.

Ils ont également souligné les contradictions entre les ministres de l’exécutif provincial et le gouverneur lui-même, déclenchant la question: « Cher Gouverneur, nous nous permettons de vous demander » Qui gouverne Chubut « ?

Le discours s’est poursuivi avec des termes très durs en parlant de « complicité, de trahison et d’incapacité du système représentatif à générer une matrice productive compatible avec la vie ».

Ils et elles ont décrit la situation actuelle comme une «nouvelle aberration minière, avec des fonctionnaires paresseux et des politiciens traîtres» décrivant comment en un seul mois, «de nouvelles déclarations, actions et accumulation d’opérations ont été produites encore et encore». Cette situation ne concerne pas que la province de Chubut, le président Macri a signé des accords et a tenu des réunions dans ce sens à la fois en Russie et en Suisse.

IMAGES

 

DOCUMENT POUR LA MARCHE DU 4 FÉVRIER 2018
VOISINS/VOISINES

Un mois s’est écoulé depuis la marche précédente.

En un mois seulement beaucoup de choses se sont produites, de nouvelles déclarations dans la province et même à l’étranger venant des maires, fonctionnaires et politiciens ont manifesté être en faveur de l’exploitation minière à grande échelle dans Chubut.

Nous avons également eu deux réunions avec une grande participation, où nous nous sommes rendus avec la préoccupation de ce nouveau scandale de l’exploitation minière, mais aussi avec l’attention habituelle qui est nécessaire afin de différencier ce qui est nouveau et ce qui ne l’est pas.

Les mensonges, la corruption et la paresse des législateurs qui n’honorent pas le bureau des représentants du peuple de Chubut continuent. Cela fait déjà quatre ans que des représentants de la population de Chubut ont présenté un projet de loi, pour la première fois dans l’histoire, par Initiative populaire avec plus de 13 000 signatures et on ne lui a jamais donné de traitement.

Ça n’existe pas, il n’y a pas dans l’histoire de Chubut, une seule loi qui soit endossée par 13 007 signatures !!! Pas même la Constitution provinciale.

Pourquoi soutenir les hauts salaires de tant de députés à l’Assemblée législative de Chubut?

Pourquoi ils ont servi de fonctionnaires provinciaux et municipaux pendant 15 ans et ils n’ont réussi à générer aucune source de production réelles et honnêtes?

Jusqu’à quand les fonctionnaires et les législateurs vont être des parasites du Peuple, ou des traîtres ? Des traîtres comme l’ont été Hector Trotta, Elva Willhuber et Javier Cisneros, en novembre 2014, puis les députés Cordillera, qui ont voté pour l’exploitation minière modifiant le texte de l’initiative populaire ?? Un texte qui devrait être sacré pour tout législateur, qui est le produit du travail enthousiaste et gratuit du peuple qu’ils prétendent représenter.

Maintenant, à moins d’un an du sommet sur l’environnement proposé par la gouverneur décédé Das Neves, une série de traîtres se traînent aux pieds du président Macri et du ministre Aranguren pour mendier quelques pièces de monnaie et livrer le territoire Chubut aux sociétés minières rapaces. Nous sommes au courant des fortes actions menées par le secteur corporatif minier afin de diviser en zones la province et forcer la modification de lois qui vont en contre de ces que les habitant-e-s de Chubut défendent depuis 15 ans. Tous et toutes se souviennent de la photo scandaleuse du député Muniz, où il apparaissait de manière claire dans un acte de corruption. Il n’y a cependant eu aucune action du pouvoir judiciaire concernant cette situation.

Pendant ce temps, le président Macri, qui est arrivé au pouvoir en proposant le dialogue et le respect des institutions, a signé un traité avec la Russie afin de leur donner le droit d’exploiter l’uranium sur notre territoire.

Et en Suisse, il a promis au propriétaire de Pan American Silver, qu’il pourrait faire le projet d’argent et de plomb sans même faire une communication aux autorités de la province et en ignorant les habitant-e-s de Chubut, par la la loi 5001 et de la constitution provinciale.

NOUS N’ACCEPTERONS PAS LES ZONES DE SACRIFICE !!! NOTRE TERRE ET SES GENS APPARTIENNENT À NOTRE TERRITOIRE! NOUS NE PERMETTRONS PAS QU’ILS SOIENT CONTAMINÉS ET TUÉS POUR DES ACCORDS DE COMMERCE! NOUS DÉFENDONS NOTRE TERRITOIRE.

Pendant ce temps, les alliés du président se cachent de la presse et de la vue du public et gardent un silence infâme, qui ne sert qu’à essayer de cacher trahison, tout comme l’ont fait des gouvernements antérieurs, endossés par le silence complices de militants fanatiques qui se cachaient également lorsque leurs leaders appelaient au silence.

Mais les abus miniers ne s’arrêtent pas là. De nouveaux fonctionnaires, politiciens et intendants de Chubut se sont ajoutés au projet d’exploitation minière, avec les mêmes tromperies et fausses promesses, aux dépens de notre eau, de nos territoires et de nous tout-e-s.

Alors que le gouverneur Arcioni dit que son administration ne prend pas en charge l’exploitation et reste fidèle aux termes de son mentor Das Neves, ses ministres flamboyants disent le contraire:
Le 16 janvier, le ministre qui coordonne a affirmé, d’une manière provocatrice, que les Chubutenses ont peur de l’exploitation minière. Est-ce que Mammarelli aimerait élever son enfant avec des métaux lourds, des drains acides ou de la radioactivité?

Rappelons-nous que personne n’a voté pour ce ministre ce qui fait qu’il devrait être plus respectueux envers la population de la province, qui a pris position et qui s’est exprimée dans l’initiative populaire.

Il y a quelques jours, le nouveau ministre des hydrocarbures Martin Cerda, a rejoint le chœur des traîtres, en disant que l’exploitation minière « devrait être développée dans la province. »

Personne n’a voté pour lui non plus. Néanmoins, il sort publiquement et contredit publiquement le gouverneur, qui vient de le nommer, dans un sujet n’est pas de petite envergure.

Et l’ancien ministre coordinateur, maintenant député, Jerónimo García, qui propose, rusé, de consulter projet par projet … comme si nous les chubutenses étions stupides!

Monsieur le gouverneur, nous nous permettons de demander: Qui est responsable du gouvernement de la province? Comment autorisez-vous les ministres à provoquer les gens de la province que vous êtes censés de diriger?

15 ans de moquerie de la part du système politique partisan envers le peuple qui s’est fait entendre à de multiples occasions,

15 ans d’incapacité de la part du système représentatif afin de générer une matrice productive réelle et compatible avec la vie,

15 ans de complicité entre la politique gouvernementale et les capitaux transnationaux, qu’ils soient du pétrole ou de la méga-industrie minière.

15 ans de trahison du peuple, des institutions démocratiques et de toutes les vies sacrifiées pour la justice et l’égalité!

Ce sont les mêmes fonctionnaires qui, de façon planifiée au fil du temps, n’ont généré aucune sources de productions réelles et durables, avec du travail pour plusieurs générations, sans contamination ni saccage.

Ils se retrouve constamment face au peuple, qui dans chaque région de la province se lève et se maintient ferme dans sa défense de l’eau, du territoire et de la vie!

Il est temps de retourner à la population le droit de vivre en paix, sans l’assaut des compagnies minières qui n’offrent que tromperie, destruction et maladie.

Il est temps de faire valoir notre droits à être écoutés et que soit faite réalité cette démocratie dont on parle tant. Le gouvernement appartient au peuple!

Il est temps de mettre fin aux insultes et à la maltraitance de la population.

Il est temps de sanctionner le projet de loi présenté par les personnes de Chubut, interdisant l’industrie minière métallique et de radioactifs, qu’elle soit souterraine ou à ciel ouvert, dans tous ses stades, en interdisant l’utilisation de substances toxiques.

Il est temps de sanctionner la loi de l’Initiative populaire.

ON VERRA SI LES DÉPUTÉS DE LA LÉGISLATURE VONT SE METTRE À TRAVAILLER !

C’EST ASSEZ DE VOLER ET D’ÊTRE DES PARASITES!

IL EST TEMPS QU’ILS REPRÉSENTENT LE PEUPLE UNE FOIS POUR TOUTES ET QUE L’EXPLOITATION MINIÈRE CESSE POUR TOUJOURS. NOUS VOULONS, NOUS CHOISISSONS ET LUTTONS POUR UNE VIE DIFFÉRENTE DE CELLE QU’ON VEUT NOUS IMPOSER !! JUSQU’À QUAND ALLEZ-VOUS DÉSOBÉIR LE PEUPLE?

CHUBUT EST PRÊT, LA PATAGONIE EST PRÊTE !! ET NOUS NE FERONS PAS MARCHE ARRIÈRE.

NON C’EST NON !!! ILS NE PASSERONT PAS!!! NON À LA MINE !!!

Source: Noalamina