AccueilArticleBrasil, Lula: un nouveau commencement pour le pays

Brasil, Lula: un nouveau commencement pour le pays

Fabrizio Casari le,  1er novembre 2022

Ignacio “Lula” Da Silva a remporté le second tour de l’élection contre le président sortant Jair Bolsonaro. Lula a été élu par 80 millions de Brésilien-ne-s et la communauté internationale a immédiatement exprimé ses félicitations. Certains ont même poussé un soupir de soulagement en voyant partir un fou fasciste.

Il est difficile pour les dirigeants militaires d’accepter une intervention coûteuse à tous les points de vue. La marge de manœuvre de Lula est très limitée, même en ce qui concerne la composition du Parlement où Bolsonaro dispose de 99 sièges contre 79 pour Lula.

La campagne de Lula a été difficile, caractérisée par de nombreuses attaques systématiques de la droite contre les électeurs du Parti des travailleurs (PT), au point de compliquer l’initiative électorale dans les différentes provinces. En termes de ressources, le défi était désespéré : Steve Bannon, le gourou fasciste de Trump, a rempli la propagande électorale de fake news, conscient qu’il n’était pas possible de donner raison à Bolsonaro. Parmi eux, celui qui ressort est qu’il a inondé le marché de 70 millions de chômeurs supplémentaires. Dix milliards de dollars ont été investis dans la campagne de Bolsonaro, mais cela n’a pas suffi à produire autre chose qu’une défaite de justesse pour l’ex-président. C’est aussi en raison de cette disproportion évidente des moyens et de ces deux manières opposées de comprendre la confrontation politique que la victoire de Lula est une victoire historique dans tous les sens du terme.

 

Les reflets de la victoire

L’élection d’Ignacio Lula da Silva à la présidence est un événement extraordinaire pour le Brésil, mais aussi pour l’ensemble de l’Amérique latine et pour l’équilibre international. Lula redonne espoir à un pays meurtri par des années de bolsonarisme qui ont conduit à une véritable tragédie économique et sociale. L’économie brésilienne, l’une des plus importantes au monde, n’avait pas connu de croissance depuis 2014. Plus de soixante-dix millions de Brésiliens ont été licenciés, expulsés du marché du travail et le nombre de Brésiliens vivant sous le seuil de pauvreté a fortement augmenté.

Tout cela dans un pays qui, avec l’Afrique du Sud, présente le plus grand écart entre ceux qui ont tout et ceux qui n’ont rien, où 200 milliardaires brésiliens vivent et prospèrent dans l’indifférence générale, accumulant un revenu égal à celui de 215 millions de leurs compatriotes.

Lula propose à nouveau les axes qui ont été stratégiques pour le succès de ses deux premiers mandats présidentiels, au cours desquels il a réduit le nombre de personnes sans nourriture et sans-abri. Il le fera en attribuant un rôle primordial aux politiques publiques et à la lutte contre la pauvreté. Cela implique une concertation avec les forces économiques, les organisations sociales et les partis, sans empêcher l’activation du nouveau contrat social que propose Lula, c’est-à-dire le logement, l’alimentation, les salaires, l’égalité des sexes, la culture et la fin de la violence. Il vise une croissance économique partagée par l’ensemble de la population, car c’est ainsi que l’économie doit fonctionner, comme un outil pour améliorer la vie de tous, et non pour perpétuer les inégalités.

Ses propos sur le sujet, peu après avoir été déclaré vainqueur, étaient clairs et nets : « La roue de l’économie va tourner à nouveau, avec une création d’emplois, une revalorisation des salaires et une renégociation de la dette pour les ménages qui ont perdu leur pouvoir d’achat. La roue de l’économie tournera à nouveau avec les pauvres dans le budget en soutenant les petits et moyens producteurs ruraux qui sont responsables de 70% des aliments qui arrivent sur nos tables. Avec toutes les incitations possibles pour que les micro et petits entrepreneurs mettent leur extraordinaire potentiel créatif au service du développement du pays. »

La victoire de Lula est également une nouvelle très importante pour le continent latino-américain parce que le Brésil pourra assumer le rôle de moteur politique d’une nouvelle intégration latino-américaine. Le Brésil est capable – en raison de son poids politique, économique et militaire, de son importance géostratégique et de son rayonnement international – de représenter un élément de cohésion fort pour les gouvernements socialistes et progressistes d’Amérique latine et, en même temps, de freiner le coup d’État rampant qui semble animer sans relâche les politiques américaines à l’égard du continent.

Lula peut insuffler à la soi-disant gauche légère de Arce, Fernández, AMLO, Petro, Castillo, du courage et une vision politique, en leur offrant l’opportunité de traiter conjointement les prétentions impériales qui leur permettront de concentrer leur attention sur l’agenda de leurs pays respectifs et du continent, et non pas sur les demandes de positionnement politique contre les gouvernements socialistes venant de Washington. En attendant, comme premier effet, son élection célèbre l’enterrement définitif du Groupe de Lima et représente un signal important pour le renforcement de la CELAC et de l’UNASUR.

L’élection de Lula est également une nouvelle importante pour la scène internationale. Le poids politique et économique spécifique du Brésil sera exercé avec une plus grande vigueur politique pour renforcer le processus d’unité des BRICS, ce qui implique un plus grand poids des pays émergents sur la scène mondiale et, à l’inverse, une plus grande réduction des politiques occidentales qui, avec des sanctions et des marchés altérés par des décisions politiques au profit des États-Unis et de l’Europe, affectent le développement général et tentent d’empêcher la transition nécessaire de l’unipolarisme au multipolarisme. De plus, un rôle proactif du Brésil favorisera de nouvelles alliances régionales, notamment en Amérique latine, mais aussi en Afrique où le Brésil avait joué un rôle important jusqu’à l’arrivée de Bolsonaro,

Voici les termes utilisés par le nouveau président brésilien : « Nous avons la nostalgie de ce Brésil souverain qui parlait d’égal à égal avec les pays les plus riches et les plus puissants. Et qui, en même temps, a contribué au développement des pays les plus pauvres. Le Brésil qui a soutenu le développement des pays africains par la coopération, l’investissement et le transfert de technologies. Cela a servi à l’intégration de l’Amérique du Sud, de l’Amérique latine et des Caraïbes, a renforcé le Mercosur et a contribué à la création du G-20, de l’Unasur, de la CELAC et des BRICS. Aujourd’hui, nous disons au monde que le Brésil est de retour, que le Brésil est trop grand pour être relégué à ce triste rôle de paria mondial. »

 

Une nouvelle route

Il s’agit d’un changement total de cap avec un nouveau rôle pour le Brésil, comme l’a souligné Lula dans son premier discours en tant que président : « Nous nous battrons à nouveau pour une nouvelle gouvernance mondiale, avec l’inclusion d’un plus grand nombre de pays au Conseil de sécurité de l’ONU et la fin du droit de veto qui mine l’équilibre entre les nations. »

Bien que le pays soit divisé, la victoire de Lula représente le triomphe de la justice populaire sur la persécution politico-judiciaire qu’il a subie avec plus de 500 jours d’emprisonnement. Elle a été menée par le juge Moro, mais construite sur les ordres de la Maison Blanche et des fazendeiros brésiliens, désireux de s’emparer de l’Amazonie en se débarrassant du leader le plus aimé de la population et des politiques égalitaires et équitables de son gouvernement. L’ancien juge Moro se terre maintenant au Sénat, choisi par la droite bolsonariste en compensation du sale boulot qu’il a fait.

Depuis le 1er novembre, le Brésil a tourné la page. La démocratie a expulsé le virus du bolsonarisme et se relocalise entre le Planalto et le Christ du Corcovado. Une autre histoire commence avec d’autres protagonistes et d’autres rêves.